• Anthropologie: la signature génétique occidentale, présente chez les Amérindiens actuels, provient en partie de l'héritage des premiers Américains ayant peuplés l'Amérique!____¤201311

     

    Une étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature, montre que la signature génétique occidentale, présente chez les Amérindiens actuels, ne provient pas seulement de croisements intervenus après la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb, mais également de l'héritage des premiers Américains.

    De l'ADN extrait d'un échantillon de 0,15 gramme du squelette d'un enfant ayant vécu il y a 24.000 ans, «dont les restes ont été retrouvés sur le site paléolithique de Mal'ta, découvert en Sibérie à la fin des années 1920», a été analysé et «comparé au génome des humains actuels, en particulier des populations amérindiennes dont la généalogie reste très controversée».

    Les travaux réalisés à partir de cet ADN, «le plus ancien jamais décrypté à ce jour pour un homme anatomiquement moderne», permettent de tirer plusieurs conclusions. Tout d'abord, «l'ADN mitochondrial de l'enfant sibérien, transmis exclusivement par la lignée maternelle, a quasiment disparu aujourd'hui mais il était particulièrement fréquent (plus de 80%) chez les chasseurs-cueilleurs européens de la fin du paléolithique et du mésolithique». Ensuite, il apparaît que «son ADN nucléaire, transmis par le père via le chromosome Y», est antérieur à «celui des populations occidentales actuelles et est à la base de la plupart des lignées amérindiennes, sans ressemblance forte avec les populations asiatiques».

    Cette recherche indique, en particulier, «que 14% à 38% des ancêtres des Amérindiens peuvent avoir pour origine génétique» cette population sibérienne du paléolithique. Ainsi, «les ancêtres des Amérindiens avaient déjà probablement divergé de ceux des Asiatiques lorsque ce croisement avec les chasseurs-cueilleurs sibériens est survenu». Cependant, cette filiation précède tout de même «le moment où les populations amérindiennes se sont diversifiées dans le Nouveau Monde».

    Il en résulte que «la signature génétique occidentale présente chez les Amérindiens actuels ne provient pas seulement de croisements» qui ont eu lieu après la découverte de l'Amérique par Christophe Colomb, mais qu'elle correspond également à l'héritage des premiers Américains, ces résultats ayant été confirmé «par l'analyse d'un second échantillon d'ADN, prélevé sur un autre individu sibérien vieux de 17.000 ans».

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :