• Anthropologie: un jeune homme, qui vivait il a 40.000 ans, est le fruit du croisement remontant à quatre à six générations entre un Homo neanderthalensis et un Homo sapiens sapiens!____¤201506

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «An early modern human from Romania with a recent Neanderthal ancestor» ont été publiés dans la revue Nature, a permis de faire apparaître, grâce à des analyses génomiques, que le jeune homme du fossile Oise 1, daté d'environ 40.000 ans et découvert il y a 13 ans dans la grotte de Pestera cu Oase ('la caverne aux ossements') au sud-ouest de la Roumanie (Carpates), est le fruit du croisement entre un Homo neanderthalensis et un Homo sapiens sapiens, qui remonterait à quatre à six générations avant sa naissance.

     

    Rappelons tout d'abord que, dès sa découverte, en 2002, «le fossile Oase 1, qui se résumait en tout et pour tout à une mâchoire, avait provoqué une passionnante controverse»: en effet, cette mandibule présentait des caractères archaïques «notamment des dents de sagesse très fortes et un petit orifice sur la face interne présent chez la moitié des hommes de Néandertal».

     

    Alors que, jusqu’ici, «l’analyse d’ADN anciens et modernes menée par les généticiens de l’institut Max Planck à Leipzig» laissaient penser qu’Homo neanderthalensis et Homo sapiens sapiens s’étaient 'croisés' de façon marginale, il y a 150.000 à 80.000 ans au moins, au Moyen-Orient», ces analyses ADN bouleversent l’histoire des rapports entre nos deux espèces, car le «croisement remonterait à quatre à six générations, pas plus, avant la mort du jeune homme, il y a 40.000 ans environ.

     

    Ainsi, cette découverte fondamentale «appuie la thèse jusqu'à présent minoritaire (portée par l'anthropologue américain Erik Trinkaus de l’université de Washington (États-Unis)) selon laquelle les hommes modernes et les hommes de Neandertal se sont accouplés sur le tard en Europe, lors des quelques milliers d’années où les deux espèces ont cohabité, aux alentours de 40.000 ans».

     

    Soulignons pour finir que les morceaux, également retrouvés dans la grotte d’Oase, d’un crâne d'un adolescent de 15 ans, dénommé Oase 2, sont sans doute aussi les restes d'un 'deuxième métis' car ils affichent «un mélange de traits néandertalien et moderne, impossible à expliquer autrement que par un croisement».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :