• Anthropologie: une mâchoire supérieure d’adulte trouvée sur les flancs du mont Carmel repousse d'au moins 60 000 ans la sortie d'Afrique de notre espèce Homo sapiens! ____¤201801

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «The Earliest Modern Humans outside Africa» ont été publiés dans la revue Science, repousse d'au moins 60 000 ans la sortie d'Afrique de notre espèce Homo sapiens par rapport à ce que l'on pensait jusqu'à présent, grâce à l'analyse du plus ancien fossile d’Homme moderne jamais découvert hors d’Afrique: en effet, ce fossile, daté d’environ 180000 ans, qui correspond à «la partie gauche d’une mâchoire supérieure d’adulte comprenant une grande partie de la dentition», a été trouvé «sur le site archéologique de Mislya Cave, situé sur les flancs du mont Carmel au nord d’Israël, près de la ville d’Haïfa».

     

    Rappelons tout d'abord que jusqu'ici «les premiers fossiles humains modernes trouvés en dehors du continent africain, dans deux sites archéologiques d’Israël : Skhul et Qafzeh» étaient «datés d'environ 90 000 à 120 000 ans». Désormais la découverte de cette demi-mâchoire attribuée à un sapiens «dans la grotte toute proche de Misliya, sur le mont Carmel, elle aussi», prouve «que les excursions vers le Levant ont été bien plus précoces qu’on ne l’avait envisagé».

     

    Afin de déterminer l'âge de la mâchoire en question, plusieurs méthodes de datation ont été appliqués «à différents matériaux découverts sur le site et au fossile humain lui-même». Il est alors apparu que «les fossiles datent d’une période comprise entre 177 000 et 194 000 ans, repoussant ainsi la première migration de l’homme moderne hors d'Afrique d'environ 60 000 ans» et il ressort que l'âge du fossile de Misliya est sensiblement le même «que d’autres fossiles d'Homo sapiens découverts dans deux sites d’Afrique de l'Est».

     

    Pour déterminer à quelle espèce humaine appartenait ce fossile, plusieurs approches ont été utilisées: «mesures anthropologiques classiques sur la mâchoire et les dents, tomodensitométries (scanner) pour étudier son anatomie interne et analyser sa forme à l'aide de modèles virtuels 3D». Au bout du compte, «la comparaison avec les fossiles d'hominidés africains, européens et asiatiques et avec les populations humaines récentes» indique «que le fossile de Misliya est sans équivoque un Homme moderne».

     

    Notons ici que «le fossile humain et les matériaux archéologiques enfouis dans les sédiments» ont été protégés jusqu’à aujourd’hui, car «il y a environ 160 000 ans, la voute de la grotte de Misliya s'est effondrée». Les vestiges «révèlent que les habitants de la grotte de Misliya étaient des chasseurs de gibier de grandes espèces (aurochs, daims persans, gazelles) et qu’ils contrôlaient l’utilisation du feu dans des foyers». En outre, «ils utilisaient largement les plantes et des techniques innovantes et sophistiquées pour tailler la pierre (période du Paléolithique moyen), similaires à celles associées aux premiers humains modernes en Afrique».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :