• Archéologie: des analyses ADN, réalisées sur un squelette, prouvent l'existence des femmes guerrières Vikings de haut-rang, longtemps considérée comme une légende!____¤201709

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «A female Viking warrior confirmed by genomics» ont été publiés dans la revue American Journal of Physical Anthropology, a permis de prouver par des analyses ADN l'existence des femmes guerrières Vikings de haut-rang, longtemps considérée comme une légende.

     

    Les restes humains analysés exhumés en 1880, provenaient de la tombe de Birka*, «l'une des plus célèbres sépultures Viking du Xe siècle découverte à la fin du XIXe siècle sur l'île de Björkö, près du lac Mälar, à l'ouest de Stockholm» («sur les 3000 tombes dégagées à Birka depuis le XIXe siècle, seules un millier ont été explorées»). Tout portait alors à croire que ces restes étaient ceux d'un «prestigieux guerrier âgé d'une trentaine d'années» entouré «de son riche armement: épée, couteau, lance, flèches, boucliers et chevaux (une jument et un étalon)». Cependant, «un premier examen ostéologique du squelette, réalisé dans les années 1970», avait déjà conclu qu'il s'agissait d'une femme.

     

    L'étude ici présentée a été entreprise pour confirmer la conclusion de cet examen qui avait, à l'époque, été très controversée. Il faut noter ici que, bien que «certaines femmes inhumées avec des armes avaient déjà été retrouvées mais jamais avec un équipement de ce rang», les spécialistes de la civilisation des Vikings «ont toujours été assez réticents à reconnaître leur existence». Il s'agit donc bien ici «de la première confirmation formelle par la génétique de l'existence des guerrières vikings».

     

    L'ADN, qui a été prélevé «sur un l'humérus (os du bras) 'mince et gracile', et sur des dents», a permis d'obtenir «deux chromosomes X et aucun chromosome Y». De plus, «les valeurs d'isotopes de strontium retrouvées suggèrent que cette jeune-femme s'est déplacée au cours de son enfance»: plus précisément, «les modifications retrouvées entre le moment où la première molaire a fini de se former vers l'âge de 4 ans et celui au cours duquel a pointé la deuxième molaire vers l'âge de 9 ans», indiquent qu'elle «a migré vers Birka en provenance d'une région inconnue».

     

    En tout cas, «elle présente une affinité génétique avec les habitants actuels des îles britanniques (Angleterre et Écosse), des îles de l'Atlantique Nord (Islande et les Orkneys), de la Scandinavie (Danemark et la Norvège) et, dans une moindre mesure, de l'Europe de l'Est (Lituanie et Lettonie)».

     

    Au bout du compte, cette étude «ouvre la voie à une meilleure compréhension des Vikings, toujours présentés comme une société patriarcale», puisqu'elle montre que des femmes «ont pu être membres à part entière des sphères dominées par les hommes».

     

     

    Lien externe complémentaire (source Wikipedia)

    * Birka

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :