• Archéologie: des nomades des steppes eurasiennes auraient apporté la peste en Europe entre la fin du Néolithique il y a 4.800 ans et le début de l'âge du bronze il y a 3.700 ans!____¤201711

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «The Stone Age Plague and Its Persistence in Eurasia» ont été publiés dans la revue Current Biology, révèle que des nomades des steppes eurasiennes auraient apporté la peste en Europe entre la fin du Néolithique il y a 4.800 ans et le début de l'âge du bronze il y a 3.700 ans. Cette conclusion s'appuie sur la découverte de Yersinia pestis «sur des dents et des ossements humains datant de cette période».

     

    Rappelons tout d'abord que «cet agent infectieux a provoqué des pandémies majeures dont la fameuse Peste noire, qui a décimé au milieu du XIVe siècle au moins 30 millions de personnes soit entre un tiers et la moitié de la population européenne». En vue d'établir l'ancienneté de son origine, «plus de 500 dents et ossements retrouvés en Allemagne, Russie, Hongrie, Croatie, Lituanie, Estonie et Lettonie» ont été analysés «pour y traquer la présence de la bactérie Yersinia pestis» , ce qui a permis de «retrouver l'ADN complet de la bactérie sur les restes de six individus».

     

    Ce séquençage des «six premiers génomes européens de la bactérie Yersinia pestis» laisse penser «que la peste est probablement arrivée en Europe centrale approximativement à la même époque que les nomades des steppes d'Eurasie, entre la fin du Néolithique, il y a 4.800 ans et le début de l'âge du bronze il y a 3.700 ans».

     

    Les génomes de cette bactérie «découverts dans différentes parties de l'Europe» apparaissent «assez similaires», ce qui suggère «que la peste est entrée en Europe, soit à de multiples reprises pendant cette période, en provenant du même réservoir infectieux local, ou en une seule fois à la fin du Néolithique».

     

    Comme «des mouvements migratoires importants ont commencé en Europe il y a environ 4.800 ans lorsque des populations sont venues des steppes pontiques de la mer Caspienne», cet élément historique «conforte l'hypothèse selon laquelle la peste s'est bien propagée sur le continent européen avec les migrations de ces populations».

     

    D'autre part, «les échantillons complets d'ADN de la bactérie de la peste retrouvés sur des dents et ossements» confirment «que des changements génétiques liés à sa virulence étaient en cours pendant cette période», mais il faut «davantage de recherches» pour évaluer «dans quelle mesure ces évolutions génétiques affectaient déjà la sévérité de l'infection»: il est cependant «possible que la bactérie Yersinia pestis ait déjà été capable de provoquer des épidémies étendues».

     

    On peut même avancer que «la menace présentée par la peste pourrait avoir été une des raisons de ces mouvements migratoires entre la fin du Néolithique et le début de l'âge de bronze»: en particulier, «les nomades des steppes de la mer Caspienne» pourraient être partis pour échapper à la peste. Par ailleurs, l'introduction de la maladie en Europe a pu jouer «un rôle majeur dans le renouvellement génétique des populations européennes».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :