• Archéologie: deux agrégats protéiques spécifiques seraient la raison de la bonne conservation des restes de cerveau découverts dans le crâne d'Heslington retrouvé en 2008!____¤202001

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Protein aggregate formation permits millennium-old brain preservation» ont été publiés dans la revue Journal of the Royal Society Interface, semble avoir identifié la raison de la bonne conservation des restes de cerveau découverts dans le crâne d'Heslington retrouvé en 2008: ce seraient deux agrégats protéiques spécifiques qui l'ont préservé de la putréfaction.

     

    Plus précisément, le crâne en question, qui avait été déterré en 2008 par des archéologues lors d'une fouille, appartenait à un homme qui a perdu sa tête il y a 2.600 ans «près de l'actuelle ville de York en Angleterre». Cette tête «fut enterrée rapidement dans un sol riche en argile».

     

    La surprise vient de la constatation que «le tissu cérébral à l'intérieur était resté presque intact malgré les milliers d'années qu'il a passé sous terre», de sorte que «des structures comme les sillons et les gyrus étaient toujours visibles». Dans ce contexte, l'étude ici présentée, douze ans plus tard, conclut que «la clé de l'exceptionnel état de conservation des tissus cérébraux retrouvés dans le crâne d'Heslington» seraient «des d'agrégats protéiques incroyablement stables qui ont préservé les tissus de la putréfaction».

     

    Concrètement, les deux protéines identifiées «font partie de la famille des filaments intermédiaires», qui sont des assemblages de monomères protéiques constituant le squelette des cellules: «les plus petits sont les microfilaments qui font environ 7 nanomètres de diamètre et les plus gros sont les microtubules qui mesurent environ 25 nanomètres de diamètre».

     

    Les filaments intermédiaires dans les neurones, qui sont dénommés neurofilaments, «sont composés de trois protéines (NEFL, NEFM et NEFH)», tandis que «dans les cellules gliales, ils sont composés des protéines acides fibrillaires gliales ou plus simplement GFAP».

     

    Il apparaît que «dans les restes du cerveau retrouvé dans le crâne d'Heslington, ces protéines sont plus densément concentrées dans les axones que dans un cerveau moderne». Une analyse «étalée sur une année entière a montré que ces protéines étaient également bien plus stables». Ces deux caractéristiques combinées «seraient à l'origine de l'état presque intact du tissu cérébral». Ainsi, «contrairement aux agrégats amyloïdes qui détruisent le cerveau, l'accumulation de neurofilaments et de GFAP a protégé le cerveau des effets du temps».

     

    En fin de compte, si l'étude n'explique pas avec certitude «comment les agrégats de neurofilaments et de GFAP se sont formés», les conditions «selon lesquelles la tête a été enterrée» (probablement un rite funéraire précis) pourraient avoir joué un rôle dans sa conservation. En tout cas, si «certains agrégats protéiques peuvent conduire à des maladies comme Alzheimer, d'autres s'avèrent être des conservateurs particulièrement efficaces».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :