• Archéologie: il y a 10.000 ans, un groupe de chasseurs-cueilleurs a été massacré dans la région du lac Turkana, ce qui en fait le plus vieux massacre recensé de l'Histoire!____¤201601

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Inter-group violence among early Holocene hunter-gatherers of West Turkana, Kenya» ont été publiés dans la revue Nature, a permis de révéler que, entre 9.500 et 10.500 ans, un groupe de chasseurs-cueilleurs a été massacré dans la région du lac Turkana (Kenya), ce qui en fait le plus vieux massacre recensé de l'Histoire.

     

    Plus précisément, «les restes d'au moins 27 personnes (hommes, femmes et enfants) ont été découverts, «sur le site semi-désertique de Nataruk», un endroit qui, il y a 10.000 ans, était «situé au bord d'une étendue d'eau» et «regorgeait d'une faune abondante, ce qui le rendait très intéressant pour des chasseurs-cueilleurs en quête de nourriture».



    Si une partie des restes humains étaient dispersés sur le site, douze squelettes ont été découverts plus ou moins intacts, «dont dix présentent des lésions traumatiques mortelles»: ainsi, «quatre d'entre eux ont des blessures qui semblent avoir été provoquées par des projectiles, sans doute des flèches», tandis que «quatre autres squelettes ont des traces de coups sur le crâne (l'un d'eux ayant une lame d'obsidienne fichée dans la tête)». Comme «d'autres individus ont des fractures aux jambes, aux mains, aux côtes», toutes ces observations «vont dans le sens de blessures de guerre».

     

    En outre, une jeune femme enceinte («les restes d'un fœtus âgé de six à neuf mois ont été retrouvés dans la cavité abdominale du squelette») a été trouvée assise, «les mains croisées entre les jambes, les pieds croisés également», ce qui laisse penser «qu'elle était ligotée au moment de sa mort».

     

    Comme cette petite communauté semble avoir «été attaquée par surprise», ces ossements prouvent «qu'il y a eu un conflit entre deux groupes, avant que les sociétés ne se sédentarisent et qu'il n'y ait des villages et des cimetières». Cette découverte est donc remarquable du fait que «les origines de la guerre restent un sujet de débat entre scientifiques, faute d'éléments tangibles sur les relations entre les différents groupes humains dans un passé lointain».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :