• Archéologie: l'eau du robinet de la Rome antique contenait jusqu’à 100 fois plus de plomb que les eaux des sources locales!____¤201404

     

    Une étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue PNAS, a permis de montrer, grâce à la mesure des «compositions isotopiques du plomb dans les sédiments du bassin portuaire de la Rome impériale (Portus) et du Tibre» que «l'eau du robinet» de la Rome antique «contenait jusqu’à 100 fois plus de plomb que les eaux des sources locales».

     

    Même si actuellement le plomb n'est plus considéré «comme le principal coupable de la décadence de la civilisation romaine», il est reconnu «de manière universelle que l'absorption de plomb du fait de sa présence dans l'environnement domestique ou par sa consommation à travers le réseau de distribution de l’eau constitue un risque majeur de santé publique».

     

    Comme «nous ignorons toujours dans quelle mesure le gigantesque réseau de tuyaux de plomb (fistules) de la Rome antique a pu compromettre la santé publique des Romains au cours des siècles», des mesures des concentrations du plomb et de chacun de ses isotopes (206Pb, 207Pb, 208Pb, 204Pb) ont été faites «dans les archives sédimentaires du bassin portuaire de Trajan (Portus) et du Tibre (le fleuve de Rome), ainsi que sur des échantillons de tuyaux de plomb issus de canalisations de la Rome antique».

     

    Il a été ainsi constaté «une forte contamination au plomb dans les eaux du Tibre durant le Haut-Empire romain et le Haut Moyen Âge». En raison de la méthode utilisée, il est possible de démontrer «que cette pollution au plomb des eaux du fleuve provient des tuyaux de canalisation de Rome et qu’ils ont multiplié par deux les teneurs en plomb par rapport à celles naturellement présentes dans les eaux du Tibre».

     

    Cependant, «même si cette augmentation atteste incontestablement d’une pollution au plomb de l’eau, ces niveaux ne sont pas susceptibles d'avoir représenté un risque majeur pour la santé de la population de Rome».

     

    Cette recherche a également montré «des discontinuités du signal isotopique du plomb au cours du temps qui se sont manifestées lors des principaux événements historiques ayant affecté la période romaine»: plus précisément, les isotopes du plomb ont permis de détecter «le signal de l’apogée de l’Empire romain au Haut-Empire, puis des premiers troubles du Bas-Empire, suivis des guerres gothiques du Haut Moyen Âge et enfin des raids sarrasins du 9e s. ap. J.-C».

     

    De plus, «l’origine géologique des minerais de plomb contenus dans les canalisations a pu être tracée» soulignant «l’importance de l’exploitation des mines d’Europe occidentale durant le Haut-Empire romain».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :