• Archéologie: les couleurs peintes autrefois sur l’idole de Pachacamac, dieu et oracle Inca à partir du XVe siècle, ont pu être identifiées!____¤202001

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Unraveling the Polychromy and Antiquity of the Pachacamac Idol, Pacific coast, Peru» ont été publiés dans la revue PLOS ONE, a permis d'identifier les couleurs peintes autrefois sur l’idole de Pachacamac, dieu et oracle Inca à partir du XVe siècle. Cette identification couplée à la première datation au carbone 14 de l’objet, nous renseigne sur les pratiques de la couleur, et leur importance dans les Andes par le passé.

     

    Relevons tout d'abord que «des chroniqueurs hispaniques du XVIe siècle ont prétendu qu’Hernando Pizarro avait détruit» l’idole du dieu Pachacamac «lors de sa conquête de lempire Inca dans les Andes». Cependant, «un mât en bois sculpté représentant Pachacamac a finalement été découvert sur le site archéologique du même nom en 1938, laissant penser que les Espagnols s’étaient trompés ou que la destruction de l’idole n’avait pas été complète».

     

    Néanmoins, un problème se posait: «quelle est la nature des colorations rouges observées sur l’objet ? Du sang, reste de pratiques sacrificielles?». Dans ce contexte, l'étude ici présentée est parvenue à «mener des premières analyses inédites, non invasives et non destructives, de la polychromie de l’idole».

     

    Il est ainsi apparu «que le rouge n’est pas la seule couleur présente sur la pièce de bois : on trouve du blanc sur les dents d’un personnage et du jaune sur certaines coiffes». En outre, la détermination de la composition chimique des pigments montre «que le rouge n’est pas du sang mais du mercure, sans doute issu de cinabre, un minerai de mercure connu depuis plus de 2.000 ans dans la région».

     

    Comme «les sources de cinabres des Andes se trouvent à près de 400 km de Pachacamac, en altitude», on peut en déduire que l'idole a «bien été peinte avec une intention, sans doute celle de montrer un pouvoir économique et politique en acheminant un pigment d’une région lointaine alors que d’autres étaient disponibles sur place».

     

    D'autre part, la datation de l’idole de Pachacamac «au carbone 14 pour la première fois» indique que l'objet «a été façonné aux alentours de 731 après JC, probablement par les Waris, soit environ 700 ans avant l’apogée de l’empire Inca», ce qui «confirme que le site de Pachacamac avait déjà une importance rituelle locale avant l’arrivée des Incas, qui en feront par la suite l’un de leurs principaux centres de pèlerinage, au point d’abriter un oracle conseillant l’empereur lui-même».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :