• Archéologie: les vestiges les plus anciens témoignant d'une gestion de l'eau, datés de 5.900 avant J.-C., ont été découverts dans le Caucase méridional!____¤201810

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Neolithic water management and flooding in the Lesser Caucasus (Georgia)» ont été publiés dans la revue Quaternary Science Reviews, rapporte la découverte dans le Caucase méridional des vestiges les plus anciens témoignant d'une gestion de l'eau, dès 5.900 avant J.-C. Ces canaux, retrouvés sur le site néolithique de Gadachrili Gora (Géorgie), ont été empruntés par une crue de la rivière, qui a inondé le village et entraîné l'abandon de ces infrastructures hydrauliques.

     

    Rappelons tout d'abord que, jusqu'ici, «les chercheurs situaient l'origine de la gestion de l'eau par l'Homme dans les sociétés néolithiques du Proche-Orient en 5.500 avant J.-C.. Dans ce contexte, les recherches décrites ici ont commencé en 2013 et «ont combiné archéologie, études stratigraphiques d'anciennes berges, analyses de restes végétaux, datations de morceaux de charbon par carbone 14, mesures de carbone 12 et 13 sur des graines, afin de reconstituer l'histoire du paysage et de ses habitants, et en particulier celle du lit de la rivière Shulaveri, un affluent de la Kura, connue pour ses crues dévastatrices».

     

    Il est ainsi apparu qu'environ six millénaires avant notre ère, «des hommes de la culture néolithique dite de Shulaveri-Shomu ont construit des canaux pour dévier le cours de la rivière alors que le climat devenait plus humide et plus favorable à la culture». En outre, il a été constaté qu'une «crue exceptionnelle a emprunté ces canaux et a détruit le village établi à proximité».

     

    Notons que «l'analyse des graines n'a pas permis de prouver que les canaux ont servi à l'irrigation».En tout cas, «à la suite de cet événement, la rivière Shulaveri a vu son lit complètement bouleversé: l'abandon probable des infrastructures hydrauliques, l'érosion, la tectonique et l'évolution du climat ont accompli leur œuvre».


    En fin de compte, comme «une autre équipe a mis au jour des structures hydrauliques analogues, appartenant à la même période, en Azerbaïdjan, dans une autre région voisine du Caucase», ces découvertes «invitent à approfondir les liens entre les pratiques de gestion de l'eau et les changements climatiques passés, ou encore l'impact environnemental des modes d'occupation des sols sur l'équilibre des hydrosystèmes».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :