• Archéologie: une analyse paléogénétique a permis d’exclure le Sud-Ouest de l’Asie comme lieu de la domestication du cheval!____¤202009

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Ancient DNA shows domestic horses were introduced in the southern Caucasus and Anatolia during the Bronze Age» ont été publiés dans la revue Science Advances, a permis, grâce à une analyse paléogénétique d’exclure comme lieu de la domestication du cheval le Sud-Ouest de l’Asie, qui a été au cœur de la domestication de nombreux animaux, il y a 9 à 10000 ans, en montrant que les chevaux domestiques y sont apparus il y a 4000 ans et qu’ils y ont été introduits car ils étaient génétiquement distincts des chevaux sauvages indigènes.

     

    Relevons tout d'abord que «la majorité des animaux domestiques de nos contrées sont issus de l’invention de l’agriculture et de l’élevage au Néolithique, il y a 9 à 10000 ans, en Asie du Sud-Ouest», une domestication, qui «a eu un impact économique en augmentant la régularité de l’accès aux ressources de subsistance».

     

    Les chevaux, pour leur part, «ont été domestiqués beaucoup plus tardivement, il y a environ 5000 ans». Cependant, on ne connait toujours pas l'endroit où ce processus a eu lieu et «l’Anatolie est une des régions candidates». Dans ce contexte, l'étude ici présentée a «exploré cette question en utilisant une approche paléogénétique», ce qui est «un défi dans cette région du monde du fait des conditions climatiques qui sont défavorables à la conservation de l’ADN».

     

    Pour cela, une méthode d’analyse originale a été développée afin «de caractériser un certain nombre de marqueurs génétiques à partir de nombreux ossements archéologiques»: ainsi, les marqueurs des origines paternelles et maternelles et la couleur de la robe «ont pu être typés, la diversification des couleurs de la robe étant associée à la domestication des chevaux».

     

    Il est alors apparu que dans les périodes antérieures à il y a 4000 ans «les chevaux avaient une signature génétique particulière peu diversifiée et une couleur de robe bai, typique des animaux sauvages», tandis qu'à partir de l’âge du Bronze, «la diversité génétique augmente rapidement et de nombreuses couleurs de robe différentes sont détectées».

     

    Ces observations «permettent de conclure que les chevaux sauvages anatoliens, peu diversifiés, n’ont pas été domestiqués localement mais que les chevaux domestiques venaient d’ailleurs et ont été introduits en Transcaucasie et en Anatolie il y a environ 4000 ans». En outre, «l'apparition rapide de ces nouveaux chevaux suggère que cette introduction aurait suivi une voie caucasienne».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :