• Archéologie: une présence humaine, il y a plus de 10.000 ans, a été mise en évidence sur les îles de forêt du bassin amazonien de Bolivie!____¤201309

     

    Une étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Plos One, révèle une présence humaine, il y a plus de 10.000 ans, sur les îles de forêt du bassin amazonien de Bolivie, soit beaucoup plus tôt qu'on le pensait jusqu'à présent. 


    En effet, la plupart des sites découverts jusque-là en Amazonie suggèrent «que les Hommes se seraient appropriés les lieux dans les prémices de l’Holocène, soit il y a plus de 8.000 ans». Ces traces archéologiques humaines ont été découvertes, en grande partie, «le long des côtes continentales du nord-est du bassin» (au Brésil, en fait), avec, «toutefois, des sites de chasseurs-cueilleurs «trouvés dans les conditions fraîches et humides du sud de l'Amérique du Sud».

    En ce qui concerne les îles de forêt, «au nombre de plusieurs centaines», qui sont des monticules de sédiments, dont l’origine peut être «attribuée aux termites, à l’érosion ou à l’activité humaine», on croyait «qu’en raison des conditions environnementales défavorables des lieux, les Hommes n’avaient pas investi ces lieux avant l’ère agricole». Or, sur trois de ces monticules, «façonnés de coquillages, dont les premiers auraient été posés voilà 10.400 ans», l'Homme est intervenu.
    En effet, les échantillons de terre prélevés sur ces îles font apparaître «une accumulation dense de coquilles d’escargots d’eau douce, d’os d’animaux et d’amas de charbon de bois», séparées en deux grandes couches par «une mince couche riche en terre cuite»: la première de ces deux grandes couches «est riche en coquilles d’escargots», tandis que la seconde l'est «en matière organique, contenant poteries, outils en os et ossements humains».


    Les datations au carbone 14 indiquent «que les Hommes sont arrivés au tout début de l’Holocène, voire, peut-être, à la fin du Pléistocène» sur ces monticules, qui «ont accumulé coquillages et autres objets durant plus de 6.000 ans», l'abandon de ces sites ayant eu lieu probablement lorsque «le climat a changé et que la forêt est devenue tropicale». Par conséquent, la découverte de ces «plus anciens sites archéologiques du sud-ouest de l'Amazonie» est très précieuse puisqu'elle permet «de reconstituer 10.000 ans d'interactions Homme-environnement dans l'Amazonie bolivienne».

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :