• Astrobiologie: un test simple, qui pourra être utilisé par les futures missions robotisées d'exploration pour dénicher des traces de vie sur d'autres planètes, a été mis au point!____¤201702

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Enhanced Resolution of Chiral Amino Acids with Capillary Electrophoresis for Biosignature Detection in Extraterrestrial Samples» ont été publiés dans la revue Analytical Chemistry, a permis de mettre au point un test simple, qui pourra être utilisé par les futures missions robotisées d'exploration pour dénicher des traces de vie sur d'autres planètes.

     

    Plus précisément, ce test, «basé sur une technique appelée électrophorèse capillaire» permettant «de séparer les différents éléments présents dans un bain de molécules», a été «spécifiquement conçu pour analyser les acides aminés, les blocs de construction de la vie sur Terre».

     

    Cette méthode, qui «est 10 000 fois plus sensible que les analyses actuellement réalisées par les engins spatiaux comme le rover Curiosity de la NASA qui explore la planète Mars», est «particulièrement bien configurée pour analyser la composition des océans ou des lacs» (il semble que «de nombreuses lunes dans le système solaire comme EuropeEncelade ou Ganymède» abritent «de vastes océans sous leur surfaces» et que certaines exoplanètes comme Proxima b «pourraient être des 'mondes océans'»).

     

    Comme cette méthode permet de détecter des acides aminés «à des concentrations très faibles, même dans des échantillons très salés», elle a pu être évaluée par l'analyse des eaux très salées du lac Mono en Californie «qui sont un des milieux les moins favorables, sur Terre, au développement de la vie».

     

    17 acides aminés différents ont ainsi pu être identifiés et classés «selon qu'ils ont été produits par un processus minéral ou organique»: en effet, la méthode permet, à partir de la chiralité des molécules, de faire «la différence entre les acides aminés qui proviennent de sources non vivantes comme des météorites par rapport à des acides aminés qui viennent d'organismes vivants» («les molécules organiques issus de processus minéraux présentent autant de formes 'gauches' que 'droites' mais les acides aminés fabriqués par les organismes vivants sont presque exclusivement de forme gauche»).

     

    L'hypothèse est que si la vie existe sur une autre planète, «elle produira aussi préférentiellement une de ces deux formes, appelées énantiomères». En conséquence, grâce à ce nouveau test, des analyses, qui ne prendront pas plus de quelques minutes, seront en mesure de fournir «une preuve forte de l'existence d'une forme de vie».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :