• Astronomie: grâce à l'effet de lentille gravitationnelle, une collision entre deux galaxies a été observée lorsque l'Univers était deux fois plus jeune!____¤201408

     

    Une étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Astronomy & Astrophysics, a permis d'obtenir, en combinant les données du réseau ALMA et de nombreux autres télescopes au sol et dans l’espace, «le meilleur cliché à ce jour d'une collision s'étant produite entre deux galaxies, lorsque l'Univers était deux fois plus jeune qu'aujourd'hui».

    Plus précisément, les observations de la galaxie H-ATLAS J142935.3-002836, qui ont bénéficié de l'effet de lentille gravitationnelle généré par une autre galaxie, ont «montré que cet objet complexe et lointain à la fois possédait des caractéristiques semblables à celles d'une célèbre collision entre galaxies locales, les Galaxies des Antennes».

    H-ATLAS J142935.3-002836 (ou, pour faire plus court, H1429-0028) «fut découverte au sein du catalogue H-ATLAS constitué à partir du vaste sondage astrophysique mené par le satellite Herschel dans la bande de fréquence des térahertz».

    Pour réaliser l'étude ici présentée trois télescopes de l'ESO (ALMA, APEX et VISTA) ont été utilisés et les autres télescopes et catalogues sollicités ont été: le Télescope Spatial Hubble du consortium NASA/ESA, le Télescope Gemini South, le télescope Keck-II, le Télescope Spatial Spitzer de la NASA, le Très Vaste Réseau Jansky (JVLA), CARMA, IRAM et SDSS et WISE.

    Ainsi, «les images acquises par le télescope Hubble et l'observatoire Keck ont révélé l'existence, autour de la galaxie d'avant-plan, d'un anneau de lumière généré par un effet de lentille gravitationnelle» et «montré que la galaxie lentille est une galaxie en forme de disque vue par la tranche (semblable à notre galaxie, la Voie Lactée)».

    Cependant, les vastes nuages de poussière de la galaxie lentille qui absorbent en partie la lumière d'arrière-plan provoquaient un obscurcissement de ces clichés. Dans ce contexte, les contributions d'ALMA et du JVLA sont précieuses car «ces deux réseaux observent en effet le ciel à de plus grandes longueurs d'onde, là où la poussière paraît transparente».

    Les observations d'ALMA ont permis d'établir la cartographie de «la distribution de monoxyde de carbone» et «conduit à la détermination des mouvements de matière dans l'objet le plus distant», qui correspond «bel et bien à une collision galactique au cours de laquelle des centaines de nouvelles étoiles sont créées à un rythme annuel»: l'une des deux galaxies en collision affiche d'ailleurs «encore quelques signes de rotation, ce qui atteste de l'existence d'un disque» avant cet événement.

    Si le système découvert fait penser à la collision spectaculaire, bien plus proche de nous, des Galaxies des Antennes, qui «transforme chaque année quelques dizaines de masses solaires de gaz en nouvelles étoiles», pour H1429-0028, c'est plus de quatre cents masses solaires de gaz par an qui sont transformées.

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :