• Astronomie: l'observation des nuages moléculaires géants de la galaxie des Chiens de Chasse (M 51) met en question la théorie classique sur la naissance des étoiles!____¤201312

     

    Une étude, appelée PAWS, dont les résultats ont été publiés dans la revue The Astrophysical Journal, montre que les nuages moléculaires géants de la galaxie des Chiens de Chasse (M 51), distante de plus de 23 millions d’années lumière de la Terre, se trouvent en fait entourés d'une brume d’hydrogène moléculaire beaucoup plus dense qu'on le supposait auparavant. La pression exercée par cette brume, présente dans l’ensemble du disque galactique, se révèle être l’élément déterminant pour la formation stellaire au sein des nuages moléculaires.

     

    Réalisée grâce aux radiotélescopes de l’Institut de Radioastronomie Millimétrique (IRAM), l’étude PAWS, qui a observé, pendant quatre années, 1500 nuages moléculaires, a permis d'obtenir «la carte la plus complète jamais produite des nuages moléculaires géants dans une galaxie spirale semblable à notre Voie Lactée». Cette image met en question, pour la première fois, la théorie classique sur la naissance des étoiles.

     

    En effet, alors que «d’ordinaire, les nuages moléculaires géants (qui constituent les réserves de gaz moléculaire d'une galaxie) sont représentés en tant qu’objets isolés du milieu interstellaire», il apparaît que «50% de l’hydrogène moléculaire se trouve à l’extérieur des nuages, dans une brume diffuse qui englobe l'ensemble de la galaxie». Elle «joue un rôle important dans la formation des étoiles au sein des bras spiraux d’une galaxie qui se déplacent lentement au sein de cette galaxie, tels de petites vagues à la surface d’un lac (et au sein desquels la densité d’étoiles et du gaz est supérieure au reste du disque galactique)».

     

    Les interactions «entre les nuages, le brouillard et la structure de la galaxie semblent être la clé pour comprendre pourquoi les étoiles se forment ou non au sein de certains nuages»: ainsi, «lorsque les nuages moléculaires contenus dans les bras spiraux se déplacent dans cette brume moléculaire, ils ressentent une pression réduite, conformément au principe de Bernoulli, utilisé pour créer du vide avec des pompes à eau» de sorte que «la réduction de la pression externe empêche l'effondrement de ces nuages sous forme d'étoiles».

     

    C'est d'ailleurs bien ce qui est constaté, puisqu'une très faible activité «de formation stellaire dans deux grandes portions des bras spiraux de la galaxie des Chiens de Chasse» a été observée. Or, comme «les bras spiraux d’une galaxie par exemple sont traditionnellement associés aux régions de surdensité où règne l'activité de formation stellaire principale», il en résulte que «la théorie courante selon laquelle seule la densité au sein d’un nuage moléculaire est responsable de la formation des étoiles» doit être révisée.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :