• Astronomie: le premier astéroïde primitif, dont le contenu matériel a été préservé durant des milliards d'années à l'intérieur du Nuage d'Oort, a été découvert!____¤201605

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Inner solar system material discovered in the Oort cloud» sont publiés dans la revue Science Advances, a permis, grâce à des observations effectuées au moyen du VLT de l'ESO et du Télescope Canada France Hawaï, de déduire que C/2014 S3 (PANSTARRS) est un objet unique: c'est le «premier astéroïde primitif» qui semble s'être formé à relative proximité du Soleil, à une époque semblable à celle de la Terre, et dont le contenu matériel a été préservé durant des milliards d'années à l'intérieur du Nuage d'Oort, sans être altéré comme les astéroïdes connus par le temps passé à proximité du Soleil.

     

    Dans un premier temps, C/2014 S3 (PANSTARRS) a été assimilé par le télescope Pan-STARRS1 à «une comète faiblement active» car «il se trouvait alors deux fois plus éloigné du Soleil que la Terre», mais «sa longue période orbitale actuelle (environ 860 ans) suggère qu'il provient du Nuage d'Oort et qu'il fut récemment poussé à orbiter à plus grande proximité du Soleil».

     

    En fait, le caractère inhabituel de C/2014 S3 (PANSTARRS) provient de ce que cet objet «contrairement à la plupart des comètes dotées d'une longue période orbitale», ne présente pas «de queue en dépit de sa grande proximité avec le Soleil, ce qui a conduit à lui attribuer le surnom de «comète Manx, à l'image de cette race de chat dépourvu de queue».

     

    Faite à partir «des spectres de cet objet peu lumineux au moyen du Très Grand Télescope de l'ESO au Chili», une analyse approfondie «de la lumière réfléchie par C/2014 S3 (PANSTARRS) révèle qu'elle est typique des astéroïdes de type S, qui pour la plupart occupent la ceinture principale d'astéroïdes, entre les planètes Mars et Jupiter».

     

    De plus, si «sa lumière diffère de celle des comètes qui sont censées se former dans le Système Solaire externe et sont glacées, plutôt que rocheuses», il semble que la matière dont cet objet est constitué ait subi très peu de changement, suggérant qu'il ait été congelé très longtemps», puisque «la très faible activité cométaire observée sur C/2014 S3 (PANSTARRS) (des millions de fois plus faible que celle qui caractérise les comètes actives de longue période situées à même distance du Soleil) s'explique par la sublimation de la glace d'eau.

     

    Comme certains modèles théoriques, qui «sont capables de restituer (en grande partie tout au moins) la structure actuelle de notre Système Solaire», se différencient en particulier «au travers des objets censés peupler le Nuage d'Oort, et plus particulièrement au travers du nombre de corps glacés et du nombre de corps rocheux qu'ils prédisent», cette première découverte d'un «corps rocheux en provenance du Nuage d'Oort» constitue «un test important de ces modèles». Cependant, cette étude estime «que l'observation de 50 à 100 comètes Manx sera nécessaire pour discriminer les modèles actuels, augurant par là-même d'une nouvelle ère dans l'étude des origines de notre Système Solaire».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :