• Astronomie: les données, acquises par la sonde Venus Express à la fin de sa mission, fournissent des informations inédites sur l’atmosphère des régions polaires de Vénus!____¤201604

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «In situ observations of waves in Venus’s polar lower thermosphere with Venus Express aerobraking» ont été publiés dans la revue Nature Physics, a permis, grâce aux données acquises par la sonde Venus Express * à la fin de sa mission (entre le 24 juin et le 11 juillet 2014), d'obtenir des informations inédites sur l’atmosphère des régions polaires de Vénus, qui montrent «que ce qui s’y passe est bien plus complexe» que ce qu'on croyait.

     

    Plus précisément, «c’est la première fois que l’atmosphère au-dessus des régions polaires, entre 130 et 140 km d’altitude» était analysée, car, jusqu'ici, «sa compréhension passait par un modèle de référence basé sur les observations des couches équatoriales (extrapolées à l’ensemble de la planète) de la sonde américaine Pionner Venus, à la fin des années 1970».

     

    En ce qui concerne les résultats de l'étude ici présentée, le 'premier étonnement' vient de ce qu'il fait, dans ces régions polaires, «jusqu’à 70°C plus froid qu’attendu» puisque la température moyenne de l’atmosphère polaire est de - 157°C. De plus, «la densité n’est pas aussi élevée que prévu : 22 % de moins à 130 km d’altitude et 40 % de moins à 140 km», ce qui est en accord avec les observations des couches supérieures, à 180 km, «où la densité est plus faible de presque un facteur deux».

     

    Ces mesures démontrent «que le modèle existant dresse un tableau trop simpliste de la haute atmosphère de Vénus». Une hypothèse avancée pour expliquer 'ces densités plus faibles' est qu'elles seraient dues, au moins en partie, «aux vortex polaires de Vénus, qui sont des systèmes de vents forts près des pôles».

     

    D'ailleurs des ondes atmosphériques de deux types ont été observées en train de «se déployer dans le temps, à la verticale, à travers l’atmosphère de cette planète-sœur»: d'une part, «des ondes de gravité (un phénomène aussi observé dans les atmosphères de la Terre, de Mars et même de Pluton…)» et, d'autre part, «des ondes liées à la rotation de la planète sur son axe, qui s’étendent sur plusieurs jours». Les 'fortes ondes atmosphériques' «pourraient être générées par les couches nuageuses supérieures, qui s’achèvent à environ 90 km d’altitude», un mouvement qui «se conjuguerait à l’onde planétaire qui oscille sur une période de 5 jours».

     

    Lien externe complémentaire (source Wikipedia)

    Venus Express

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :