• Astronomie: une exoplanète massive, distante de 2.000 unités astronomiques de son étoile, a pu être identifiée par l'observation directe!____¤201405


    Des travaux, dont les résultats ont été publiés dans la revue The Astrophysical Journal et sont également disponibles sur arxiv.org, ont permis d'identifier par l'observation directe «une exoplanète massive distante de 2.000 unités astronomiques (soit environ 300 milliards de kilomètres) de son étoile».

    Il s'agit d'un événement assez rare, car la méthode de l'observation par imagerie est «le plus souvent hors de portée de nos instruments modernes»: ainsi, «sur les quelque 1.800 exoplanètes confirmées à ce jour», seule une vingtaine a été découverte par cette méthode.

    La période orbitale de 80.000 ans de cette exoplanète, dénommée GU Psc b, «dépasse de loin toutes celles établies pour d’autres mondes (équivalents) connus, Système solaire inclus».

    Son étoile, GU Psc, une naine rouge de type spectral M3, «trois fois moins massive que notre Soleil, invisible à l’œil nu (magnitude 13,6)» et «âgée de seulement 100 millions d’années», brille «paisiblement à 155 années-lumière de la Terre, en direction de la constellation des Poissons.

    Pour aboutir à cette découverte, l'étude ici présentée s'était concentrée sur des étoiles jeunes où les planètes «récemment apparues y sont en cours de refroidissement, ce qui en fait donc des proies relativement faciles à identifier dans l’infrarouge».
     
    En croisant les observations directes effectuées avec «les caméras installées au foyer des télescopes de l’observatoire Gemini-Nord (Hawaï), de l’observatoire du Mont-Mégantic (Canada), du télescope Canada-France-Hawaï (CFHT) et de l’observatoire W. M. Keck (Hawaï)», GU Psc b est  apparue «distinctement sur les images collectées dans différentes longueurs d’onde, principalement le rayonnement infrarouge .

    La masse de GU Psc b, estimée entre 9 et 13 fois celle de Jupiter, et sa température de surface d'une valeur de 800 °C, ont été déterminées par confrontation des «caractéristiques lisibles dans le spectre aux différents modèles théoriques de formation planétaires».

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :