• Astrophysique: de l'eau liquide coule encore régulièrement à la surface de Mars, grâce à une forte concentration en sels qui abaisse la température de fusion de l'eau!____¤201509

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Spectral evidence for hydrated salts in recurring slope lineae on Mars» sont publiés dans la revue Nature Geoscience  et complétés par une présentation au meeting EPSC2015 ( titrée «Spectral Evidence for Hydrated Salts in Seasonal Brine Flows on Mars») disponible en pdf, apporte la première preuve indirecte, grâce à des analyses réalisées par la sonde Mars Reconnaissance Orbiter (MRO), que de l'eau, sous forme liquide, coule encore régulièrement à la surface de Mars, ces écoulements (RSL) sur des flancs de cratères étant rendus possibles par une forte concentration en sels, qui abaisse la température de fusion de l'eau.

     

    Si des traces d'écoulements sur des pentes martiennes «avaient déjà été découvertes en 1997», on s'était aperçu par la suite «qu'ils étaient provoqués par de la glace carbonique et non pas par un quelconque liquide».

     

    Ce n'est plus le cas pour les écoulements dont il est question aujourd'hui qui «sont plus petits, ne creusent pas les pentes sur lesquelles ils descendent» et qui, surtout, «apparaissent en été et disparaissent en hiver, preuve que le phénomène est non seulement actif en ce moment même, mais aussi sensible aux variations de température».

     

    Découverts en 2011 sur des images à très haute résolution de MRO, ces écoulements saisonniers laissaient penser que de l'eau liquide était en jeu dans ce processus. Cependant, il n'y en avait aucune preuve car le spectromètre de MRO n'est notamment pas en mesure de détecter la signature spectrale de l'eau dans ces régions puisque «les coulées sombres qui apparaissent en été sur les pentes chaudes des cratères font au maximum 5 mètres de large» alors que le spectromètre CRISM «n'a qu'une résolution de 18 m de large».

     

    La solution est venue de la détection, «en plein été martien, pendant la période d'activité des écoulements», de sels hydratés, des perchlorates, «qui disparaissent ensuite en hiver», ce qui constitue la preuve indirecte «que de l'eau très salée, de la saumure, s'écoule à ces endroits».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :