• Astrophysique: des concentrations à petite échelle de matière noire produisent des effets de lentille gravitationnelle 10 fois plus puissants qu'imaginé!____¤202009

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «An excess of small-scale gravitational lenses observed in galaxy clusters» sont publiés dans la revue Science et disponibles en pdf, a permis, à partir d'observations détaillées sans précédent de plusieurs amas massifs de galaxies par le télescope spatial Hubble et le VLT au Chili, de découvrir que des concentrations à petite échelle de matière noire produisent des effets de lentille gravitationnelle 10 fois plus puissants qu'imaginé.

     

    Les observations en question ici concernent «trois amas de galaxies exhibant des effets de lentilles gravitationnelles MACS J1206.2-0847 (*), MACS J0416.1-2403 (**), et Abell S1063 (***) et les images «sont à la fois grossies et déformées par les autres galaxies dans les amas, comme si l'on était en présence de grandes lentilles faites d'associations chaotiques de diverses petites lentilles gravitationnelles»: en fait, de «nombreuses petites sous-structures en forme d'arcs au centre des amas, là où se trouvent les galaxies les plus massives» ont été détectées.

     

    Jusqu'ici, ces «sortes de grumeaux de matière noire dans les amas», avaient non seulement échappé aux observations mais elles n'avaient pas montré «non plus le bout de leur nez dans les simulations numériques de plus en plus savantes et puissantes, conduites pour reproduire la genèse et l'évolution des galaxies et des grandes structures regroupant des amas de galaxies depuis leur naissance après le Big Bang jusqu'à aujourd'hui».

     

    Par la suite, des observations plus raffinées, qui ont permis de mesurer la vitesse d'étoiles associées aux galaxies massives dans ces amas, «ont confirmé la présence à petite échelle d'importantes quantités de matière noire, jusqu'à 10 fois la valeur attendue, avec ces galaxies». Au bout du compte, «il y a un désaccord clair avec les simulations numériques actuelles en cosmologie». Cela conduit à penser «que certains ingrédients physiques sont absents des simulations ou de notre compréhension de la nature de la matière noire».

     

    Liens externes complémentaires (source Simbad)

    (*) MACS J1206.2-0847

    (**) MACS J0416.1-2403

    (***) Abell S1063

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :