• Astrophysique: des fissures à la surface d'Europe indiquent que sa coquille de glace a tourné de 70 degrés au cours des derniers millions d'années!____¤202009

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «A Very Young Age for True Polar Wander on Europa from Related Fracturing» sont publiés dans la revue Geophysical Research Letters, a permis de faire apparaître que des fissures à la surface d'Europe, la quatrième plus grosse lune de Jupiter, indiquent que sa coquille de glace a tourné de 70 degrés au cours des derniers millions d'années.

     

    Le fait «que les grands motifs circulaires à l'échelle globale d'Europe se sont formés lors d'une grande réorientation de sa coque glacée externe par rapport à son axe de rotation, un processus connu sous le nom de vraie dérive (ou migration) du pôle (true polar wander, en anglais)», ne peut se produire «que si la coquille glacée est découplée, c'est-à-dire flotte librement, séparée du noyau rocheux du satellite par un océan d'eau liquide».

     

    Concrètement, «à partir de cartes globales issues des données des sondes Galileo et Voyager», cette étude «a corrélé de grandes fractures à la surface d'Europe avec des dépressions circulaires concentriques précédemment identifiées à la surface». En se basant sur «les cartes globales construites à partir des données de Galileo, en couleur et d'une résolution de 200 mètres», il a été constaté «que ces mystérieux systèmes de fractures faisaient partie des motifs circulaires de vraie dérive du pôle identifiés précédemment».

     

    Plus précisément, «les images à haute résolution des fractures à 40 mètres par pixel montrent que les fractures ont une profondeur de plus de 200 mètres» et que ces fractures «traversent tous les terrains connus» indiquant ainsi «que la déformation liée à l'événement de réorientation globale (ou vraie dérive du pôle) est l'un des derniers événements survenus sur Europe». Ces caractéristiques suggèrent également «que la coquille de glace flottante sur Europe peut s'être épaissie avec le temps».

     

    Au bout du compte, cette étude, qui aboutit à la conclusion que «la coquille de glace et toutes les structures qui s'y sont formées» se sont «déplacées de plus de 70 degrés de latitude par rapport à leur lieu de formation», révèle qu'en plus «de générer des caractéristiques tectoniques à l'échelle globale, la vraie dérive du pôle produit également des perturbations de la gravité et de la forme à l'échelle globale, qui affectent les contraintes de gravité et de forme sur la structure interne».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :