• Astrophysique: des observations par micro-ondes du Pôle Sud d'Encelade démontrent que cette lune glaciale de Saturne est plus chaude que prévu juste quelques mètres sous sa surface!____¤201703

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Thermally anomalous features in the subsurface of Enceladus’s south polar terrain» ont été publiés dans la revue Nature Astronomy, a permis de montrer, grâce à des observations par micro-ondes du Pôle Sud d'Encelade que cette lune glaciale de Saturne est plus chaude que prévu juste quelques mètres sous sa surface.

     

    Rappelons tout d'abord qu'au cours de la dernière décennie, la mission Cassini a déjà identifié une intense activité au Pôle Sud d'Encelade, «avec des fractures chaudes qui dégagent des jets riches en eau qui font allusion à une mer souterraine»: c'est en effet en 2005 que la sonde Cassini a capturé «pour la première fois en images des panaches s’échappant du Pôle Sud, de quatre failles profondes, anormalement chaudes d’après la caméra infrarouge de Cassini et informellement baptisées 'rayures du tigre'».

     

    Composés «essentiellement de glace d’eau mais aussi de traces de sels de sodium», ces jets de matière «ont vraisemblablement pour source un réservoir d’eau liquide souterrain que les frictions de marée exercées par Saturne empêcheraient de geler». Comme, de ce fait, «toutes les conditions favorables à la vie telle que nous la connaissons pourraient être réunies au niveau du plancher de cet océan», Encelade fait l’objet d’une attention toute particulière.

     

    Alors qu'il y a quelques mois encore, «on pensait l’océan liquide d’Encelade enfoui sous plusieurs dizaines de kilomètres de glace», en juin dernier une étude a avancé «pour la première fois l’idée d’une couche de glace fine au niveau du Pôle Sud». Pour sa part, l'étude ici présentée «apporte de nouveaux arguments en faveur de cette hypothèse» à partir de «l’analyse d’une des rares observations micro-onde d’Encelade» effectuée par le Radar/radiomètre de Cassini.

     

    Plus précisément, cette analyse a révélé «des anomalies thermiques qui n’avaient pas été décelées jusque-ici dans l’infrarouge» qui suggèrent «que les premiers mètres du sous-sol de tout le Pôle Sud d’Encelade (et non seulement les 'rayures du tigre') sont anormalement chauds».

     

    Ces nouvelles informations renforcent «l’idée que l’océan liquide ne pourrait être qu’à quelques kilomètres sous la surface gelée du satellite dans cette région». De plus, cette observation micro-onde d’Encelade implique «que d’autres failles du Pôle Sud sont actives (ou l’étaient dans un passé très "récent") même si elles ne sont pas actuellement sources de jets».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :