• Astrophysique: GAIA a permis de détecter la plus vaste association de nébuleuses dans la Voie lactée, une structure ondulée de 9.000 années-lumière baptisée 'Vague de Radcliffe'!____¤202001

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «A Galactic-scale gas wave in the solar neighborhood» ont été publiés dans la revue Nature, a permis, à partir de l'analyse des données de GAIA, de découvrir la plus vaste association de nébuleuses dans la Voie lactée, qui regroupe des pouponnières d'étoiles en formant une structure ondulée de 9.000 années-lumière baptisée 'Vague de Radcliffe' (Radcliffe Wave) (*) dont, pour le moment, on ne comprend pas l'origine.

     

    Cette structure, qui «s'élève à 500 années-lumière au-dessus du disque galactique» et «contient environ trois millions de fois la masse du Soleil», est «la plus grande structure composée de grands nuages de gaz et de poussières en interaction gravitationnelle connue à ce jour dans la Galaxie»: des centaines de ces nébuleuses rassemblent «des pouponnières d'étoiles dans une sorte de ruban ondulant sur 9.000 années-lumière, large d'environ 400 années-lumière et passant à seulement 500 années-lumière du Soleil».

     

    La 'Vague de Radcliffe' semble «se présenter comme une onde qui s'est propagée (ce dernier point reste à prouver) dans la matière galactique en créant au passage de nouvelles étoiles». Si les astronomes ne savent pas «ce qui cause cette forme», ils pensent toutefois «que cette structure est associée au bras d’Orion, l'un des bras spiraux de la Voie lactée».

     

    En fait, «la découverte de la Vague de Radcliffe a été faite par sérendipité, c'est-à-dire que les astronomes cherchaient à comprendre tout autre chose, en l'occurrence l'origine et la structure de ce qui est appelée la ceinture de Gould (en l'honneur de son découvreur en 1879, l'astronome Benjamin Gould), un arc d'étoiles brillantes qui semblait former une partie d'un anneau d'environ 3.000 années-lumière de diamètre et incliné d'environ 16 à 20 degrés par rapport au plan galactique» (**).

     

    Cette ceinture pouvait être «l'équivalent du front d'onde d'une pierre jetée dans un étang», provoqué, en l'occurrence, soit par «le passage d'une grosse concentration de matière noire à travers le disque galactique», soit par «l'explosion d'une puissante supernova» dont l'onde de choc aurait entraîné «l'effondrement des nuages moléculaires par compression pour donner les pouponnières d'étoiles aujourd'hui observées». Aujourd'hui, avec la perspective découlant de cette étude, «la ceinture de Gould est une partie de la Vague de Radcliffe».

     

    Les astronomes, qui cherchent à savoir si cette structure ondulatoire est «statique ou si elle correspond vraiment à la propagation d'une onde», sont en train de tester plusieurs hypothèses «avec des simulations numériques faisant entrer en collision la Voie lactée avec différents objets»: par exemple, la Vague de Radcliffe pourrait résulter du passage «d'une galaxie naine à travers le disque de la Voie lactée» ou d'un «nuage de gaz à grande vitesse, peut-être comme ceux que l'on peut envisager dans le modèle de la croissance des galaxies faisant intervenir des courants froids de matière».

     

    En tout cas, «il y a 13 millions d'années, les mouvements du Soleil autour du centre de la Voie lactée l'ont fait passer à l'intérieur de la Vague de Radcliffe» et «cela se reproduira dans 13 millions d'années». Il se peut donc «que l'on trouve physiquement des traces de ce passage dans les archives de notre Planète, sous la forme d'excès de certains isotopes en liaison avec les supernovae des pouponnières d'étoiles de la Vague de Radcliffe».

     

     

    Liens externes complémentaires (source Wikipedia)

    (*) Radcliffe wave

    (**) Ceinture de Gould

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :