• Astrophysique: l'examen des fossiles des premières naines blanches à avoir explosé dans notre Univers, révèle que ces étoiles n'étaient pas aussi massives qu'on le pensait! ____¤201908

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Evidence for Sub-Chandrasekhar Type Ia Supernovae from Stellar Abundances in Dwarf Galaxies» sont disponibles en pdf, a permis, grâce à l'examen des fossiles des premières naines blanches à avoir explosé dans notre Univers, de découvrir que ces étoiles-là n'étaient pas aussi massives que les astronomes le pensaient.

     

    Relevons tout d'abord qu'il «existe deux catégories de naines blanches»: celles qui «explosent en supernovae dites de type Ia» et celles qui «terminent plus tranquillement leur vie». Si «au début du XXe siècle, Subrahmanyan Chandrasekhar a calculé que pour en arriver à l'explosion, une naine blanche devait peser au moins 1,4 fois la masse de notre Soleil», en réalité cela «n'explique pas pourquoi certaines étoiles moins massives semblent pouvoir exploser elles aussi».

     

    Comme «les astronomes peinent à étudier les supernovae de type Ia et les naines blanches qui en sont à l'origine, car elles disparaissent au bout de quelques mois seulement», ils «s'appuient sur une technique baptisée archéologie galactique» qui «consiste à rechercher les signatures chimiques d'explosions anciennes dans de nouvelles étoiles».

     

    Concrètement, lorsqu'une naine blanche explose, elle «disperse dans l'espace des éléments lourds tels que du nickel ou du fer» de sorte que «plus l'étoile d'origine est massive, plus elle forme d'éléments lourds qui s'intègreront aux étoiles» qui se formeront ensuite dans la région: «ainsi des étoiles riches en nickel, par exemple, sont la marque de prédécesseurs particulièrement massifs».

     

    Dans ce contexte, l'étude ici présentée a été menée à l'aide du télescope Keck II (Hawaï), qui a observé des anciennes galaxies. Comme la mesure de la teneur en nickel, dans la plupart de leurs étoiles, est relativement faible, cela laisse penser «que les naines blanches initiales n'étaient pas très massives». Par ailleurs, comme dans les galaxies plus récentes, «la teneur en nickel est plus élevée», il apparaît que plus le temps passe, plus il y a de naines blanches massives qui explosent.

     

    Ces observations conduisent à conclure que le mécanisme à l'origine des supernovae de type Ia doit être abordé comme un mécanisme évolutif.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :