• Astrophysique: l'observation par un astronome amateur d'une supernova, au moment précis où elle est devenue visible dans le ciel, confirme les prédictions des modèles théoriques!____¤201802

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «A surge of light at the birth of a supernova» sont publiés dans la revue Nature, rapporte qu'une supernova a pu être observée à ses tout débuts par un astronome amateur, au moment précis où la supernova est devenue visible dans le ciel. Ces données et celles complémentaires obtenues par une batterie de télescopes ont permis de tester, pour la première fois, les prédictions théoriques sur l'évolution initiale de telles explosions stellaires.

     

    Rappelons tout d'abord que «jusqu’ici purement théoriques, les modèles de supernova indiquaient que l'augmentation spectaculaire de la luminosité d’une supernova était due à l'émergence d’une vague lumineuse, une onde de choc explosive à la surface de l'étoile». Prédit depuis longtemps, ce phénomène «était activement recherché par plusieurs groupes de scientifiques à travers le monde», mais «c’est un astronome amateur, chanceux et très vigilant, qui a réussi à suivre pour la première fois l’évolution des toutes premières phases de ce phénomène».

     

    Plus précisément, «le 20 septembre 2016, alors que Víctor Buso, originaire de Rosario en Argentine, testait un nouveau télescope, de seulement 40 centimètres de diamètre, il remarqua qu'un nouvel objet très peu lumineux était apparu au sud du centre de la galaxie spirale NGC 613 (*), située dans la constellation du Sculpteur, à environ 80 millions d’années-lumière de la Terre». Cette supernova, qui explosait sous ses yeux, a «multiplié sa luminosité par 3» en moins d’une demi-heure.

     

    Par la suite, il est apparu que les images de cette supernova, immatriculée SN 2016gkg (**), prises en cette occasion par cet astronome amateur, «étaient de grande qualité» tandis que «les conditions du ciel étaient idéales pour réaliser une telle découverte». L'analyse de ces images et leur comparaison avec l’augmentation de luminosité déduites des simulations informatiques a permis d'établir «que les premières observations étaient obtenues seulement 1 à 3 heures après l’explosion, une donnée capitale pour les modèles».

     

    L'analyse de la supernova SN 2016gkg, a permis, pour la première fois, de tester la validité des modèles «dans toute leur étendue sur des données réelles». Selon ceux-ci, «l'augmentation brutale et initiale de la lumière de supernova peut s'expliquer par l'émergence du choc, à la surface de l’étoile», ce qui est «tout à fait corroborée» par les observations de la supernova ici présentée: «l'augmentation initiale et rapide de la luminosité est bien compatible avec le phénomène qui marque la naissance de la supernova» (le moment «où l'onde de souffle de l'explosion émerge de la surface stellaire, après avoir traversé l'intérieur de l'étoile de façon supersonique»).

     

    Soulignons pour finir qu'en «combinant les différentes circonstances qui ont permis cette découverte, la rareté des supernovae (environ une tous les cents ans dans une galaxie), la brièveté de l’augmentation lumineuse (environ une heure), la clarté du ciel nécessaire et l’emplacement à l’extérieur de la galaxie, la découverte de l’amateur Victor Buso avait une probabilité de se produire d’environ un sur cent millions».

     

     

    Lien externe complémentaire (source Simbad)

    (*) NGC 613

    (**) SN 2016gkg

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :