• Astrophysique: la croûte martienne est très vraisemblablement poreuse! ____¤201709

    Une étude, dont les résultats intitulés «Evidence for a low bulk crustal density for Mars from gravity and topography» ont été publiés dans la revue Geophysical Research Letters, a aboutit à la conclusion que la croûte martienne est très vraisemblablement poreuse.

     

    Notons tout d'abord que du fait que la connaissance du champ de gravité des planètes «permet de poser des contraintes sur leur structure interne», il y a quelques années, la NASA a «lancé la mission Gravity Recovery and Interior Laboratory (GRAIL)» qui a contribué à préciser l'épaisseur de la croûte lunaire. En ce qui concerne Mars, les orbiteurs évoluant autour de cette planète permettent d'analyser son champ de gravitation et «de préciser l'épaisseur de la croûte martienne en combinant les données du champ de gravité avec l'altimétrie laser, qui fournit une topographie précise». On dispose ainsi, depuis quelques années, grâce en particulier à la mission Mars Global Surveyor (MGS), d'estimations «de la nature et de l'épaisseur de la croûte martienne».

     

    Ces estimations ont ainsi fait apparaître que «la croûte de l'hémisphère nord est moins épaisse que celle de l'hémisphère sud», ce qui n'est pas surprenant car ces deux hémisphères sont très différents: «au nord, les altitudes sont basses, faisant penser à un fond d'océan alors qu'au sud, le niveau élevé évoque les continents terrestres»: en fait, l'hémisphère nord est constitué d'andésites, tandis que celui du sud est fait essentiellement de basaltes.

     

    L'étude ici présentée a cherché à préciser ces épaisseurs «en ré-analysant les données gravimétriques des orbiteurs martiens» au moyen d'une «nouvelle technique mathématique s'aidant des données altimétriques, déjà testée sur les données gravimétriques lunaires avant la mission GRAIL».

     

    Grâce à «la meilleure résolution de la cartographie du champ de gravité fournie par les deux sondes de la mission», il a été constaté que cette technique apportait «des informations cachées dans les signaux à plus basse résolution»: concrètement, «la croûte pourrait être moins dense que ce que l'on pensait». Autrement dit, si la composition minéralogique et l'épaisseur de la croûte martienne «sont bien celles que les planétologues supposent (une erreur n'est pas à exclure)», alors elle serait en quelque sorte poreuse.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :