• Astrophysique: le champ magnétique du Soleil serait responsable du fait que Mercure a un gros cœur riche en fer disproportionné par rapport à la taille de son manteau! ____¤202107

    Une étude, dont les résultats intitulés "Terrestrial planet compositions controlled by accretion disk magnetic field" ont été publiés dans la revue Progress in Earth and Planetary Science, suggère que le champ magnétique du Soleil serait responsable du fait que Mercure, la planète la plus proche du Soleil, a un gros cœur riche en fer disproportionné par rapport à la taille de son manteau.

     

    Relevons tout d'abord que Mercure  "n'a été approchée que par deux missions spatiales": en l'occurrence "Mariner 10 (Nasa), qui l'a survolée à trois reprises en 1974 et 1975, et Messenger (Nasa), qui s'est placée en orbite autour de Mercure en 2011". Elles ont fait apparaître "entre autres, que la masse du noyau de fer de Mercure était disproportionnée par rapport à celle de son manteau" puisque ce noyau " représente trois quarts de sa masse". Comme son rayon mesure plus de 2.000 kilomètres "alors que son manteau ne dépasse pas les 400 kilomètres", Mercure est "la planète la plus dense de notre Système solaire".

     

    Pour expliquer cette étrangeté, l'hypothèse d'une collision aux conséquences dramatiques a été avancée: autrement dit, "une planète plus grosse en aurait été victime" de sorte qu'en "perdant une grande partie de son enveloppe dans le cataclysme" elle s'est transformée en la Mercure que nous connaissons.

     

      Pour sa part, l'étude ici présentée propose une autre explication: "la densité, la masse et la teneur en fer du noyau d'une planète rocheuse seraient influencées par sa distance au Soleil et à son champ magnétique", autrement dit "la distribution des matières premières dans le Système solaire en formation était contrôlée par le champ magnétique du Soleil ». Concrètement, "

    Concrètement, "dans le nuage tourbillonnant de poussière et de gaz qui entourait le Soleil à ce moment-là, les grains de fer ont été attirés par le champ magnétique de notre étoile" de sorte que les planètes qui ont commencé à se former à proximité ont incorporé plus de fer dans leur noyau".

     

    Ce modèle "correspond tout à fait à ce que les astronomes savent des planètes de notre Système solaire. Cependant, "pour le confirmer vraiment, il faudrait que les chercheurs trouvent au moins un autre système planétaire semblable au nôtre" avec des planètes telluriques "réparties sur de grandes distances par rapport à leur étoile hôte", car "si la densité des planètes diminue en s'éloignant de l'étoile, cela pourrait montrer que le champ magnétique influence effectivement la formation planétaire".

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :