• Astrophysique: le volcanisme aurait formé, en des temps reculés, notamment il y a 3 à 4 milliards d'années, des atmosphères temporaires plus ou moins denses autour de la Lune! ____¤201710

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Lunar volcanism produced a transient atmosphere around the ancient Moon» sont publiés dans la revue Earth and Planetary Science Letters, révèle que le volcanisme lunaire pourrait avoir formé, en des temps reculés, notamment il y a 3 à 4 milliards d'années, des atmosphères temporaires plus ou moins denses autour de la Lune.

     

    Notons tout d'abord qu'aujourd'hui, la Lune possède une atmosphère si ténue («100 milliards de fois moins dense que celle de la Terre», que les scientifiques parlent, en ce qui la concerne, «plus volontiers d'exosphère», car «les atomes y sont si rares qu'ils n'adoptent pas de comportement de groupe comme dans un gaz classique».

     

    Comme il n'en a pas été de même dans le passé, l'étude ici présentée a évalué, à partir d'une estimation des quantités de magma émises à différentes périodes par les volcans lunaires (réalisée «en déterminant la surface et la profondeur des grandes 'mers' lunaires que leurs grandes éruptions ont formées»), les quantités de gaz «qui auraient pu être dégagées d'après les connaissances que l'on a sur les roches lunaires dont on dispose».

     

    Il est ainsi apparu, en particulier, que, lors du pic éruptif survenu il y a 3,5 milliards d'années, 10.000 milliards de tonnes de gaz auraient pu être émises «formant une atmosphère équivalente à celle de Mars aujourd'hui, soit cent fois moins dense que celle de la Terre». Comme la Lune n'était pas «assez lourde pour les retenir, ces gaz se seraient peu à peu échappés, à un rythme moyen de 10 kg par seconde».

     

    Il en résulte que «cette atmosphère, composée essentiellement de monoxyde de carbone et de soufre», aurait seulement «pu se maintenir pendant 70 millions d'années environ autour de notre satellite». Un autre pic moins important, «survenu il y a 3,8 milliards d'années», a pu, pour sa part, former «une petite atmosphère, quatre fois moins dense».

     

    La possible existence de ces atmosphères «pourrait expliquer la présence de quantités relativement importantes d'eau au pôle Sud»: en effet, «il suffirait que 0,1% de la vapeur d'eau contenue dans ces atmosphères s'y soit déposée, un chiffre en accord avec les modèles, pour obtenir les 100 millions de tonnes d'eau qui y seraient stockées».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :