• Astrophysique: les silicates hydratés riches en ammoniac à la surface de Cérès suggèrent une origine trans-Neptunienne de la planète naine!____¤201701

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Different origins or different evolutions? Decoding the spectral diversity among C-type asteroids» ont été publiés dans la revue The Astronomical Journal, a permis de révéler, en analysant les propriétés spectrales de Cérès, le plus gros astéroïde de la ceinture principale, la présence de poussières exogènes à sa surface, alors que, pour leur part,  les silicates hydratés riches en ammoniac de sa surface suggèrent une origine trans-Neptunienne de la planète naine.

     

    Rappelons tout d'abord que «les poussières interplanétaires, qui sont à l’origine de la plupart des étoiles filantes, représentent la fraction la plus importante de la matière extraterrestre accrétée par la Terre». Cette étude prouve «qu’il en est vraisemblablement de même pour les astéroïdes».

     

    Plus précisément, comme la présence d’un composant anhydre a été détecté à la surface de Cérès (des particules fines de pyroxène) et comme «tous les modèles d’évolution thermique pour cet objet prédisent une surface composée uniquement de minéraux hydratés (carbonates, phyllosilicates)», l'hypothèse d’une origine endogène pour les particules de pyroxène semble peu plausible et «une origine exogène apparaît comme la plus probable».

     

    L'étude s'est alors employée à rechercher la source de cette contamination: «les bandes de poussières produites au sein de la ceinture principale à la suite de collisions majeures entre astéroïdes apparaissent comme les sources les plus probables» et, en particulier, «la bande dite alpha, issue de la famille collisionelle Beagle (une sous famille de celle de Thémis)» qui «s’est formée il y a moins de 10 millions d’années et constitue une source majeure de poussières dans la partie externe de la ceinture principale».

     

    Par ailleurs, du fait que des observations récentes ont «montré que la poussière de pyroxène est une des briques principales à partir de laquelle le corps parent de la famille de Thémis s’est formé», la bande de poussière alpha apparaît bien être «une source de contamination plausible de la surface de Cérès».



    Il en découle que «si le pyroxène observé à la surface de Cérès est de nature exogène, alors plus rien ne relie Cérès aux autres astéroïdes de sa classe spectrale (dits de type C)». Comme les silicates hydratés à la surface sont riches en ammoniac, la possibilité d’une origine trans-Neptunienne de Cérès est envisageable: ainsi, «Cérès et Orcus pourraient être 'jumeaux'». Autrement dit, «Cérès pourrait, de même que les astéroïdes de type P et D pour lesquelles une origine trans-Neptunienne est évoquée, s’être formé aux confins du système solaire et aurait atterri dans la ceinture principale à la suite de la migration des planètes géantes».

     

    Soulignons enfin que cette étude conduit à penser «que la présence surprenante et à ce jour inexpliquée de pyroxène à la surface des astéroïdes métalliques» est une conséquence directe de l’impact des poussières dans le cadre d'un processus global qui affecte la surface de tous les astéroïdes situés à proximité de la bande de poussières.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :