• Astrophysique: Oumuamua, le premier bolide interstellaire découvert au sein du Système Solaire, s’éloigne du Soleil plus rapidement que prévu!____¤201806

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Non-Gravitational Acceleration in the Trajectory of 1I/2017 U1 (ʻOumuamua)» sont publiés dans la revue Nature et disponibles en pdf révèle que Oumuamua, le premier bolide interstellaire découvert au sein du Système Solaire (*), s’éloigne du Soleil plus rapidement que prévu. Cet étrange comportement suggère qu’`Oumuamua «s’apparente davantage à une comète interstellaire qu’à un astéroïde».

     

    Rappelons tout d'abord qu'Oumuamua «a fait l’objet d’une analyse approfondie depuis sa détection en octobre 2017». C'est «en combinant les données issues du Very Large Telescope de l’ESO et d’autres observatoires» que cette étude «a découvert que l’objet se déplaçait plus rapidement que prévu». Le gain en vitesse, qui «est négligeable», ne fait «que retarder le ralentissement d’`Oumuamua généré par la proximité du Soleil».

     

    L’étude «a testé plusieurs hypothèses susceptibles de rendre compte de la vitesse supérieure à celle prédite par la théorie de ce visiteur interstellaire» et «l'explication la plus plausible repose sur le dégazage d’Oumuamua», c'est-à-dire «la perte de matière en surface sous l’effet du chauffage solaire»: en effet, «cette matière éjectée exercerait une poussée de faible mais constante intensité, se traduisant par une vitesse d’échappement vers l’extérieur du Système Solaire plus rapide que prévu (le 1er juin 2018, il se déplaçait à quelque 114 000 kilomètres par heure)».

     

    Soulignons ici que ce phénomène de dégazage, «typique des comètes», interroge «la classification préalable d’`Oumuamua parmi les astéroïdes interstellaires». Les données laisse penser «qu’il s’agit d’une étrange comète de petite taille» car l'impulsion diminue à mesure que l'objet s’éloigne du Soleil, «ce qui est typique des comètes».

     

    Cependant, alors que «normalement, les comètes chauffées par le Soleil éjectent du gaz et de la poussière» («à leur périphérie se forme donc un nuage de matière baptisé coma, et dans la direction opposée à leur sens de déplacement, une queue caractéristique»), l'étude n'a pu détecter «le moindre indice visuel de dégazage». Comme il n'a pu être observé ni poussière, ni coma ni queue, «ce qui est totalement inhabituel», l'hypothèse est que «Oumuamua peut éjecter de gros grains de poussière».

     

    Plus précisément, du fait que «les petits grains de poussière ornant la surface de la vaste majorité des comètes» ont «sans doute subi un processus d’érosion durant le voyage interstellaire d’`Oumuamua», seuls les grains les plus gros «subsisteraient à l’heure actuelle» de sorte que, si «la brillance d’un tel nuage de particules ne suffirait pas à le détecter», il «fournirait une explication plausible de la brusque variation de vitesse d’`Oumuamua».

     

    Au bout du compte, «non seulement le dégazage d’`Oumuamua demeure hypothétique, mais son origine interstellaire reste inconnue». En effet, ces nouvelles observations qui ont été entreprises pour «déterminer la trajectoire exacte d’`Oumuamua, afin d’en déduire le système stellaire dont il est originaire», indiquent «que cette information sera particulièrement difficile à obtenir», car «l’augmentation de vitesse d’`Oumuamua complexifie la détermination de la trajectoire empruntée depuis son étoile hôte».

     

    Lien externe complémentaire (source Exoplanetcatalogue)

    (*) 1I/2017 U1 (Oumuamua)

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :