• Astrophysique: un comportement pulsant, connu seulement chez les étoiles à neutrons, a été observé dans un système binaire composé d'une naine blanche et d'une naine rouge!____¤201607

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «A radio pulsing white dwarf binary star» ont été publiés dans la revue Nature et sont disponibles en pdf, a permis de découvrir, grâce au VLT de l’ESO ainsi que d’autres télescopes opérant depuis le sol et l’espace, un nouveau type d’étoile binaire exotique: plus précisément, dans le système AR Scorpii, une naine blanche, animée d’une rotation rapide, accélère des électrons jusqu’à une vitesse proche de celle de la lumière de sorte que des bouffées de radiations fouettent l’étoile compagnon, une naine rouge, ce qui confère un spectaculaire régime de pulsations au système binaire.

     

    Le système stellaire AR Scorpii, désigné également de manière abrégé par  AR Sco, qui est situé «dans la constellation du Scorpion, à quelque 380 années-lumière de la Terre», se compose «d’une naine blanche animée d’une rotation rapide, de taille voisine de celle de la Terre mais de masse 200 000 fois plus élevée, et d’une étoile compagnon, une naine rouge froide dont la masse avoisine le tiers de la masse du Soleil». Ces deux étoiles «orbitent l’une autour de l’autre selon une périodicité de 3,6 heures - une régularité de métronome qui n’est pas sans évoquer une danse cosmique».

     

    En fait, les observations font apparaître que ce pas de danse présente «de soudaines irrégularités». La naine blanche du système AR Sco, «caractérisée par un puissant champ magnétique et une rotation rapide», accélère des électrons qui «libèrent un rayonnement semblable à celui d’un phare qui vient frapper la surface de la naine rouge froide». Il en découle que chaque 1,97 minute, le système binaire semble «s’embraser puis s’éteindre».

     

    Comme le rayonnement s’étend sur une large bande de fréquences («les pulsations lumineuses sont notamment composées d’ondes radio, qui jamais auparavant n’avaient été détectées au sein d’un système abritant une naine blanche»), il «témoigne d’une émission en provenance d’électrons accélérés le long de lignes de champs magnétiques, ce qui peut s’expliquer par la rotation rapide de la naine blanche». Cependant, l'origine des électrons «demeure mystérieuse», car «le lien avec la naine blanche ou son compagnon plus froid ne peut être formellement établi».

     

    Ainsi, alors que les variations régulières de luminosité – toutes les 3,6 heures – de AR Scorpii (qui fut «pour la première fois observé au début des années 1970») avaient d'abord conduit «à le classer, de manière erronée, parmi les étoiles variables», aujourd'hui, on se trouve confronté à un comportement pulsant observé jusqu'ici, seulement chez les étoiles à neutrons «qui figurent parmi les objets les plus denses de l’Univers». Soulignons cependant, que certaines théories avaient déjà «envisagé la possibilité que les naines blanches arborent un comportement similaire».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :