• Astrophysique: un modèle numérique suggère que l’eau présente dans le Système solaire s'est formée, pour une large part, avant la naissance du Soleil et de la Terre!____¤201409

     

    Une étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Science, a abouti, à partir d'un modèle des processus chimiques pouvant créer de l’eau dans un disque protoplanétaire, à la conclusion que l’eau présente dans le Système solaire se serait formée pour une large part avant la naissance du Soleil et de la Terre.



    La démonstration s'appuie tout d'abord sur l'analyse du «destin du deutérium, un isotope naturel de l’hydrogène (son noyau réunit un proton et un neutron) qui s’est formé dans l’Univers au moment de la nucléosynthèse primordiale, peu après le big bang».

     

    Il faut souligner que, si dans l’Univers, «on retrouve en moyenne 26 atomes de deutérium pour 1 million d’atomes d’hydrogène», cette concentration «est près de 6 fois plus élevée dans l’eau présente sur la Terre et sur les autres corps du Système solaire qui ont été étudiés».

     

    Cette observation indique que «lorsque ces molécules d’eau se sont formées, la réaction créant une eau plus riche en deutérium était un peu plus rapide que celle créant de l’eau normale, ce qui a augmenté la proportion de deutérium».

     

    Cet enrichissement en deutérium implique qu'il s'est déroulé dans certaines conditions que l’on trouve dans le milieu interstellaire, car  d'une part, la température devait être très basse, «au maximum quelques dizaines de degrés au-dessus du zéro absolu», et, d'autre part, qu'il y avait de l’oxygène disponible et «une intense source d’énergie ionisante».

     

    Pour aboutir à des évaluations satisfaisantes, «le modèle le plus précis possible des processus chimiques pouvant créer de l’eau dans le disque protoplanétaire» a été alors développé.

     

    Ce modèle est basé sur l’hypothèse que «le rayonnement X provenant de notre étoile et des radionucléides naturels présents dans le disque» remplace «l'essentiel du rayonnement cosmique», repoussé «par le puissant champ magnétique du Soleil et par son intense vent de particules».

     

    Il est alors apparu que, même en faisant tourner ce modèle durant un million d’années («durée supposée de la formation des planètes»), les rayonnements locaux sont insuffisants «pour créer la quantité d’eau enrichie en deutérium qui est mesurée aujourd’hui».

     

    Il en résulte que l'eau du Système solaire proviendrait pour 30 % à 50 %, «de la nébuleuse interstellaire primitive qui s’est condensée il y a plus de 4,6 milliards d'années».

     

    Ainsi, de l’eau pourrait être créée en abondance avec le temps dans le milieu interstellaire, car les conditions qui y règnent sont «beaucoup plus uniformes et pérennes que celles qui prévalent dans les disques protoplanétaires», ce qui est une information très encourageante pour de la recherche d'une vie extraterrestre.

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :