• Astrophysique: un nouveau scénario a été proposé pour expliquer l'existence du courant magellanique!____¤202009

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «The Magellanic Corona as the key to the formation of the Magellanic Stream» ont été publiés dans la revue Nature, propose un nouveau scénario pour expliquer l'existence de ce courant de Magellan.

     

    Relevons tout d'abord que le courant magellanique, qui «a été découvert en 1965», est «un nuage de gaz colossal (ou plus exactement, deux filaments de gaz) qui suit la trajectoire de nos petites galaxies voisines, les Nuages de Magellan».

     

    Il y a quelques années, une étude a expliqué l'existence de ce courant de Magellan, «qui s'accompagne de tourbillons», par «l'interaction entre les Nuages de Magellan qui tombent dans le halo de notre Voie lactée à une vitesse d'un million de kilomètres par heure et le gaz de ce halo dont la température atteint le million de degrés». Néanmoins, jusqu'ici, les modèles étaient incapables «d'en expliquer la masse considérable: plus d'un milliard de fois celle de notre Soleil».

     

    Dans ce contexte, l'étude ici présentée propose un nouveau scénario: concrètement, «un halo de gaz chaud (dont les chercheurs soupçonnent l'existence depuis les années 1990) entourant les nuages de ​Magellan pourrait agir comme un cocon protecteur» en protégeant, depuis des milliards d'années, «nos galaxies voisines du halo de la Voie lactée» de sorte que «lorsque ces galaxies, plus petites, sont finalement entrées dans la sphère d'influence de notre Galaxie, des parties de ce halo ont été étirées et dispersées pour former le courant magellanique et la majeure partie de sa masse».

     

    Les simulations menées «montrent que le courant de Magellan a pu se former en deux étapes». En premier lieu, «alors que les nuages de Magellan étaient encore éloignés de la Voie lactée», la plus grande des deux galaxies «a aspiré le gaz de l'autre» qui «a finalement contribué à 10 à 20 % de la masse du courant magellanique». En second lieu, «lorsque nos galaxies voisines ont commencé à tomber sur la nôtre, leurs couronnes galactiques ont cédé un cinquième de leur masse au courant de Magellan», qui «s'est alors étiré par gravité pour prendre la forme d'arc que les astronomes lui connaissent».

     

    Ce nouveau modèle, qui «est le premier à rendre compte de la masse du courant magellanique», explique «aussi sa forme filamenteuse et pourquoi on n'y trouve pas d'étoiles».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :