• Astrophysique: un trou noir stellaire, qui ne devrait pas exister puisqu'il contient environ 70 masses solaires, a été détecté!____¤201911

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «A wide star-black-hole binary system from radial-velocity measurements» sont publiées dans la revue Nature, a permis de découvrir un trou noir qui ne devrait pas exister puisqu'il contient environ 70 masses solaires, alors que tous les trous noirs stellaires connus dans la Voie lactée ne dépassent pas la quinzaine de masses solaires, en accord avec les théories expliquant leur formation par effondrement gravitationnel d'une étoile lorsqu'elle devient une supernova.

     

    Relevons qu'actuellement on estime «qu'il existe au moins 100 millions de trous noirs stellaires dans la Voie lactée, donc issus de l'effondrement gravitationnel d'étoiles de plus de 8 masses solaires en fin de vie». Alors que la masse des trous noirs stellaires connus dans la Voie lactée «est ordinairement d'une dizaine de masses solaires (entre 5 et 15 pour être un peu plus précis), ce qui coïncide avec les estimations provenant des calculs décrivant la formation de ces trous noirs à partir d'une supernova», LB-1, le trou noir stellaire détecté, aurait «aux incertitudes près (+11/-13) un masse de «68 masses solaires».

     

    La détection de LB-1, qui fait partie d'un système binaire situé «à environ 15.000 années-lumière du Système solaire» dont l'autre composante «est une géante bleue de 8 masses solaires», est «le fruit d'une campagne d'observations effectuant des mesures spectroscopiques dans le but de faire l'équivalent des détections d'exoplanètes par la méthode des vitesses radiales».

     

    Les observations ont d'abord été effectuées avec le Large Sky Area Multi-Object Fibre Spectroscopic Telescope «ou télescope Guo Shoujing, en abrégé Lamost, un télescope optique chinois de quatre mètres de diamètre», puis avec «le Gran Telescopio Canarias del Roque de los Muchachos Observatory (La Palma), le fameux Grantecan», et les télescopes «avec des miroirs de 10 mètres de diamètre de l'observatoire W. M. Keck sur le mont Mauna Kea de l'île d'Hawaï».

     

    LB-1, que l'on ne voit pas directement dans le visible, signale sa présence «par les oscillations de son étoile compagne, ce qui provoque des décalages spectraux par effet Doppler». Cette méthode des vitesses radiales a ainsi indiqué que ce trou noir avait une période orbitale d'environ 79 jours.

     

    Le problème est qu'étant donnée sa masse, LB-1 «semble impossible à expliquer», car «des étoiles suffisamment massives pour former un trou noir "monstre" de 70 masses solaires devraient être totalement détruites par des explosions de supernovae à instabilité de paires qui ne laissent que du gaz et de la poussière, et non des trous noirs».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :