• Astrophysique: une analyse de chondrites carbonées prouve que la Terre possédait, dès sa formation, d'importantes quantités d'eau!____¤201411

      

    Une étude, dont les résultats intitulés «Early accretion of water in the inner solar system from a carbonaceous chondrite–like source» ont été publiés dans la revue Science, a abouti à la conclusion, grâce à l'analyse de chondrites carbonées, que la Terre possédait, dès sa formation, d'importantes quantités d'eau.

     

    Rappelons qu'une thèse en vigueur concernant l'histoire de l'eau dans le système solaire affirme que «les molécules d’eau, présentes lorsque les planètes se sont formées, se seraient évaporées ou auraient été soufflées dans l’espace» et que l’eau en surface telle qu’elle existe aujourd’hui sur Terre a été apportée des centaines de millions d’années après sa formation par des pluies de comètes.

     

    Afin d'en savoir plus, l'étude ici présentée a confronté la signature de l’eau dans des chondrites carbonées, qui ont beaucoup d’eau en elles, à celle qui se trouve à la surface de la Terre.

     

    Les chondrites carbonées, qui «sont des météorites nées dans le disque de gaz et de poussières protoplanétaires (pépinières de planètes)qui entourait notre jeune Soleil, il y a 4,56 milliards d’années», ne représentant en fait «qu’environ 4 % des météorites retrouvées»

    Celles qui ont été analysées ont été prêtés par la NASA et sont «connues pour avoir Vesta comme parent». Ces fragments «échoués sur notre planète, au cours de son histoire récente» sont appelés 'eucrites'.

     

    Comme ils proviennent «de ce deuxième plus grand corps (530 km de diamètre) de la ceinture principale d’astéroïdes, lequel a commencé à se constituer quelque 14 millions d’années seulement après la formation du Système solaire, qui plus est dans la même région que la Terre», leur analyse peut « témoigner des conditions qui prévalaient au cours de cette période».

     

    Un spectromètre de masse d’ions secondaires a été utilisé «pour déterminer pour la première fois le rapport isotopique de l’hydrogène dans une eucrite». Il est alors apparu «que ce ratio est le même que pour les chondrites carbonées et aussi celui de la Terre». Il en est de même avec l’étude isotopique de l’azote.

     

    Il en résulte que ces mesures montrent «que l’eau terrestre fut probablement accrétée en même temps que les roches». La Terre serait donc bien «née humide» avec des quantités d’eau «déjà importantes» sans que rien n’interdise «que la déferlante de comètes survenue beaucoup plus tard» n’ait contribué à l'arroser la Terre.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :