• Astrophysique: VISTA permet de découvrir pour la première fois l’existence d’une douzaine de vieilles étoiles classées parmi les RR Lyrae au cœur même de la Voie Lactée!____¤201610

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «DISCOVERY OF RR LYRAE STARS IN THE NUCLEAR BULGE OF THE MILKY WAY» ont été publiés dans la revue The Astrophysical Journal Letters et sont disponibles en pdf, a permis, grâce au télescope infrarouge VISTA de l’ESO, de découvrir pour la première fois l’existence d’une douzaine de vieilles étoiles classées parmi les RR Lyrae au cœur même de la Voie Lactée. Comme «ce type d’étoiles coexiste bien souvent avec d’anciennes populations stellaires âgées de plus de 10 milliards d’années», ces observations laissent penser que «la croissance du bulbe central de la Voie Lactée résulte vraisemblablement de la fusion d’amas stellaires primordiaux».

     

    Rappelons tout d'abord que «les étoiles RR Lyrae sont bien souvent détectées au sein d’amas globulaires de densité élevée». Comme ce sont des étoiles variables dont la luminosité fluctue régulièrement, il est possible de déterminer leur distance à la Terre en «connaissant la périodicité de chaque cycle ainsi que la brillance de chaque étoile RR Lyrae».

     

    Toutefois, «ces excellentes étoiles chandelles-standards, capables de nous renseigner sur les distances au sein de notre Univers proche, sont fréquemment éclipsées par des étoiles plus jeunes, plus brillantes, et parfois mêmes masquées par la poussière environnante».

     

    Alors que, jusqu'ici, il était impossible de «localiser des étoiles RR Lyrae au sein des régions centrales et extrêmement peuplées de la Voie Lactée», l'étude ici présentée est parvenue à identifier cette douzaine d’étoiles RR Lyrae à partir «des données d’observation du télescope de sondage infrarouge VISTA acquises dans le cadre de l’enquête publique baptisée VVV (Variables dans la Voie Lactée) de l’ESO, dans le but d’étudier les régions centrales de la Voie Lactée».

     

    Ce résultat est important car il «offre aux astronomes l’opportunité de trancher entre deux théories concurrentes de formation de ces bulbes»; en effet, «l'hypothèse selon laquelle la formation des bulbes galactiques résulterait de la fusion d’amas globulaires est concurrente de la théorie qui attribue ces renflements à l’accrétion rapide de gaz».

     

    Comme les étoiles RR Lyrae «résident presque toujours au sein d’amas globulaires», cette découverte «plaide nettement en faveur de la constitution du bulbe à partir de processus de fusion» et suggère, par extension, que «les autres bulbes galactiques semblables à celui de notre Voie Lactée ont dû se former similairement».

     

    Pour finir, on peut aussi avancer que les étoiles qui ont été découvertes, «vraisemblablement âgées de plus de 10 milliards d’années», constituent «les seules survivantes, peu brillantes mais bien réelles, de l’amas stellaire probablement le plus âgé et le plus massif de la Voie Lactée».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :