• Biologie: des technologies de séquençage de dernière génération ont permis d'identifier treize populations distinctes de macrophages chez la drosophile!____¤202003

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Temporal specificity and heterogeneity of Drosophila immune cells» sont publiés dans la revue EMBO Journal, a permis d'identifier, par des technologies de séquençage de dernière génération, treize populations distinctes de macrophages chez la drosophile.

     

    Relevons tout d'abord que «les macrophages jouent des rôles variés dans notre organisme allant de la défense immunitaire au développement». En particulier, «ils constituent l’une des premières lignes de défense de notre organisme et agissent en absorbant les corps étrangers pour les digérer dans un processus appelé phagocytose». Leur mobilité leur permet également de communiquer «avec les différents organes et tissus», de sorte qu'ils se comportant comme de «véritables senseurs de notre état interne».

     

    Cependant, «leur action peut aussi être négative comme le cas des macrophages associés aux tumeurs qui jouent un rôle clé dans l’apparition des métastases». Face à autant de fonctions, la question de savoir si les macrophages sont tous identiques ou s'il existe «des populations distinctes dédiées à différentes activités» se pose.

     

    Pour éclaircir cette énigme, l'étude ici présentée a fait appel à «un protocole utilisant la technologie à haut débit appliquée aux analyses sur cellule unique», une approche qui «révèle les propriétés et les fonctions de chaque cellule au sein de l’organisme, permettant de répondre aux questions posées tant par la recherche fondamentale que par la médecine».

     

    En vue «de caractériser la diversité des cellules immunitaires (hémocytes)», cette technologie a été «appliquée sur un modèle animal simple, la drosophile». Jusqu'ici, deux types d’hémocytes, «qui représentent respectivement l’équivalent des macrophages (i.e. plasmatocyte) et des plaquettes des mammifères (i.e. cellule à cristaux)» étaient connus sur ce modèle, tandis qu'un troisième type cellulaire «apparait durant la réponse inflammatoire (i.e. lamellocyte)».

     

    Dans ce contexte, l'analyse transcriptomique effectuée dans le cadre de l'étude ici présentée «a mis à jour pour la première fois un paysage cellulaire bien plus complexe», puisque «treize populations de macrophages ont été identifiées dans la larve de la drosophile, certaines spécialisées dans la réponse à différents types de pathogènes, d’autres dans le stockage de l’énergie, d’autres encore dans la prolifération. En outre, «deux populations cellulaires de lamellocytes ont été révélées après challenge immunitaire par infestation avec une guêpe parasitoîde».

     

    Au bout du compte, «grâce à cette découverte et aux outils génétiques disponibles chez la drosophile, il est maintenant possible de caractériser le rôle des différentes populations cellulaires du système immunitaire inné», dans un contexte, où s'ouvrent, en raison de «la forte conservation des processus immunitaires de la drosophile aux mammifères», des «perspectives importantes dans la compréhension des processus physiopathologiques impliqués dans les pathologies humaines liées au système immunitaire».

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :