• Biologie: un 'blob' peut transmettre ses apprentissages à un congénère en fusionnant avec lui!____¤201612

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Direct transfer of learned behaviour via cell fusion in non-neural organisms» ont été publiés dans la revue Proceedings of the Royal Society B, a permis de prouver que le 'blob' peut transmettre ses apprentissages à un congénère en fusionnant avec lui.

     

    Notons tout d'abord que le 'blob' (Physarum polycephalum), «ni animal, ni plante, ni champignon», est «un curieux être rampant composé d'une unique cellule géante», qui «vit dans les sous-bois à l'état naturel» et qui, «bien que dépourvu de cerveau», est en mesure d'apprendre de ses expériences.

     

    Grâce à l'étude ici présentée, on sait maintenant qu'en plus, les blobs ont «la capacité de fusionner temporairement avec un autre individu» et de transférer leurs «connaissances» au cours de ce processus. Plus précisément, il est apparu «qu'un blob ayant appris à ignorer le sel peut transmettre son apprentissage à l'un de ses congénères» en fusionnant.

     
    Pour le prouver, on a «appris à plus de 2 000 blobs que le sel était inoffensif (les blobs devaient traverser un pont couvert de sel pour rejoindre leur nourriture)» alors qu'en même temps, 2 000 autres blobs «devaient eux franchir un pont vierge de toute substance (blobs 'naïfs')». Ensuite, au bout de cet apprentissage, «des paires de blobs 'expérimentés', des paires de blobs 'naïfs' et des paires mixtes» ont été formées pour fusionner «au niveau de leur zone de contact».

     

    Lorsque les blobs fusionnés ont à leur tour dû «traverser un pont couvert de sel», il a été constaté que «les blobs mixtes étaient aussi rapides que les blobs expérimentés, et surtout bien plus rapides que les blobs naïfs – comme si l'apprentissage du caractère inoffensif du sel avait été partagé». En outre, le résultat a été «le même avec des trios et des quatuors, quel que soit le nombre de blobs naïfs dans le nouveau blob (il suffisait d'un blob expérimenté pour que l'information circule)».



    Pour «vérifier qu'il y avait bien eu transfert d'information, l'expérience a été refaite en séparant les blobs une heure ou trois heures après leur fusion». Il est alors apparu que «seuls les blobs naïfs qui étaient restés en contact trois heures avec un blob expérimenté ignoraient le sel, les autres montrant une forte aversion», ce qui prouve que le blob naïf avait «bel et bien reçu l'information».

     

    Comme il a été observé au microscope «qu'une veine se formait entre les blobs à l'endroit même où ils fusionnaient, et qu'elle nécessitait trois heures pour s'établir», c'est très vraisemblablement «par ce biais que circule l'information».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :