• Biologie: un véritable échafaudage cellulaire, dont le rôle est de maintenir l’intégrité physique des centrosomes, a été découvert au centre des centrioles!____¤202002

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «A helical inner scaffold provides a structural basis for centriole cohesion» sont publiés dans la revue Science Advances, a permis de découvrir une structure interne au centre des centrioles, un véritable échafaudage cellulaire pour maintenir l’intégrité physique des centrosomes qui rencontrent de nombreuses forces auxquelles ils doivent résister.

     

    Relevons tout d'abord que «toutes les cellules animales possèdent une organelle appelée centrosome, essentielle à l’organisation de leur squelette cellulaire», dont l'importance est capitale, notamment lors de la division cellulaire, car «il permet le partage fidèle de l’information génétique entre deux cellules filles».

     

    Ce sont «les micro-structures cylindriques nommées centrioles», qui «ont pour fonction de former le centrosome, organisateur principal du squelette de microtubules de la cellule, et les cils, véritables antennes cellulaires». Ainsi, «lorsque les cellules ne se divisent plus, les centrioles, structures cylindriques composées de microtubules à la base du centrosome, migrent vers la membrane plasmique et permettent la formation des cils primaires et mobiles, servant respectivement au transfert d’informations et à la genèse du mouvement». De ce fait, «des défauts d’assemblage ou de fonctionnement du centriole peuvent engendrer des pathologies chez l’être humain, telles que les ciliopathies, des troubles de la rétine pouvant provoquer la perte de la vision».

     

    Concrètement, les centrioles «possèdent une organisation canonique définie par neuf triplets de microtubules qui doivent être maintenus en une unité structurale afin de résister aux diverses forces auxquelles ils sont confrontés au cours de leurs fonctions cellulaires». Pour sa part, l'étude ici présentée a permis, «en utilisant des microscopes électroniques surpuissants», d’analyser «des centrioles de quatre espèces différentes» et de démontrer qu'un échafaudage interne y était «présent systématiquement».

     

    Afin d'identifier «quelles protéines centriolaires étaient localisées dans cette nouvelle structure», une méthode innovante de super-résolution, «appelée microscopie à expansion, qui permet de gonfler les cellules sans les déformer pour observer leur organisation interne», a été utilisée. Quatre protéines «qui sont localisées au niveau de cet échafaudage interne» ont été détectées et il est apparu que ces quatre protéines «sont associées à des pathologies liées à la dégénérescence rétinienne».

     

    Comme «la perte des photorécepteurs rétiniens est possiblement due à un défaut de maintien des doublets de microtubules présents dans ces cellules spécialisées», il reste désormais à «découvrir le lien possible entre un tel défaut de maintien structural et les troubles de la rétine, afin d’ouvrir la voie à une meilleure compréhension de cette pathologie».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :