• Biologie: une bactérie 'aphrodisiaque', conduisant des Salpingoeca rosetta (de très anciens organismes unicellulaires) à s'accoupler, a été découverte!____¤201710

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Mating in the Closest Living Relatives of Animals Is Induced by a Bacterial Chondroitinase» ont été publiés dans la revue Cell, a permis de découvrir une bactérie 'aphrodisiaque' conduisant des Salpingoeca rosetta (de très anciens organismes unicellulaires) à s'accoupler.

     

    Notons tout d'abord que les Salpingoeca rosetta en question «sont des choanoflagellés *, petit groupe d'eucaryotes unicellulaires très étudiés en biologie évolutive comme les ancêtres les plus primitifs du règne animal»: plus précisément, «ces petites créatures à l'allure de spermatozoïdes humains sont un modèle pour comprendre comment la vie unicellulaire a évolué vers les premiers organismes multicellulaires».

     

    Alors qu'en principe, «ces S. Rosetta ne se reproduisent que par division cellulaire», l'étude ici présentée prouve qu'il est possible «de les pousser à se reproduire par accouplement en intégrant à leur environnement» des Vibrio fischeri (originellement placée dans le genre Vibrio, elle est classée maintenant dans le nouveau genre Aliivibrio **), des bactéries marines connues pour leurs propriétés bioluminescentes. Comme cette espèce de bactérie 'aphrodisiaque' joue le rôle d'entremetteuse d'une reproduction sexuée, elle a été «surnommée Eros, du nom du dieu de l'amour dans la mythologie grecque».

     

    Il est apparu que c'est une protéine sécrétée par ces bactéries «qui titille la curiosité des choanoflagellés pour leurs congénères»: en effet, «en présence de cette protéine, les organismes unicellulaires se regroupent par grappe d'environ 35 individus qui fusionnent puis dupliquent et recombinent leur ADN pour enfin se diviser en une descendance au patrimoine génétique singulier». Autrement dit, il s'agit du «processus type d'une méiose, spécifique à la reproduction sexuée».

     

    Selon cette étude, «il est bien possible que ce mécanisme soit celui par lequel les S. Rosetta se reproduisent dans la nature, étant donné leur proximité avec ces bactéries luminescentes dans les écosystèmes». En outre, «les concentrations importantes de ces bactéries» favoriseraient «des accouplements de masse des organismes unicellulaires, rendant plus probable une évolution vers un 'animal' à une ou plusieurs cellules».

     

    En fin de compte, les vertus 'aphrodisiaques' de ces bactéries, «au moins chez nos très, très, très lointains ancêtres», laisse penser qu'avec ces travaux nous remontons «jusqu'à l'origine de la reproduction sexuée dans le règne animal».

     

     

    Liens externes complémentaires (sources Wikipedia)

    Choanoflagellés

    ** Aliivibrio fischeri

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :