• Botanique: des pollens de 'proto-céréales' dans des sédiments vieux de 2,3 millions d'années ont été identifiés sur le site d'Acıgöl, au sud-ouest de l'Anatolie (Turquie)!____¤202105

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Continuous presence of proto-cereals in Anatolia since 2.3 Ma, and their possible co-evolution with large herbivores and hominins» ont été publiés dans la revue  Scientific Reports, a permis d'identifier des pollens de 'proto-céréales' dans des sédiments vieux de 2,3 millions d'années, sur le site d'Acıgöl, au sud-ouest de l'Anatolie (Turquie), une découverte qui «questionne le rôle de l'Homme dans l'apparition des céréales, qui serait très antérieure au début de l'agriculture, il y a environ 10.000 ans».

     

    Relevons tout d'abord que «les céréales se distinguent des graminées sauvages par des pollens de plus grande taille (supérieure à 40 µm)». Actuellement, la 'pluie' pollinique autour du lac d'Acıgöl «ne contient quasiment pas de tels pollens (< 1 %), même dans des zones où des ancêtres de céréales (Aegilops) et des céréales (orge) sont présentes, alors que les sédiments anciens d'Acıgöl en comptent jusqu'à 9 %».

     

    Par ailleurs, «à côté des pollens de proto-céréales, l'étude ici présentée a «trouvé des pollens d'ancêtres d'arbres cultivés (olivier, noyer, châtaignier, noisetier Prunus), caractéristiques de l'agriculture moderne méditerranéenne». De plus, «des spores de champignons qui se développent exclusivement sur les excréments de grands mammifères et attestent donc de la présence de troupeaux» ont découverts. Enfin, à proximité d'Acıgöl, «d'abondants restes fossiles de grands mammifères (mammouth, rhinocéros, okapi, chameau et de nombreux chevaux et bovidés) ont été mis au jour, ainsi qu'un crâne d'Homo erectus d'origine africaine».

     

    Selon l'hypothèse avancée par cette étude, «les proto-céréales d'Acıgöl proviennent de graminées sauvages et leur émergence a pu être favorisée par les troupeaux de grands herbivores attirés par les eaux douces du lac» puisque «par le piétinement, l'enrichissement des sols en azote et le broutage, les animaux ont pu modifier le génotype des proto-céréales naturellement présentes à Acıgöl, favorisant ainsi l'émergence des céréales modernes».

     

    Alors que «les populations d'homininés, présentes dans le sud-ouest de l'Anatolie il y a environ 1,4 millions d'années, ont pu bénéficier de la présence de céréales dans les écosystèmes herbacés», on peut se demander ce qui s'est «passé au Néolithique, lorsque l'Homme est passé du mode de vie de chasseur-cueilleur à celui d'agriculteur», en 'inventant' les céréales selon le modèle classique'. En tout cas, si d'autres découvertes pourraient, à l'avenir, «confirmer la présence de pollens de proto-céréales au Pléistocène inférieur (dont le début remonte à il y a 2,58 millions d'années)», les scientifiques devront réviser fondamentalement «leur vision de l'histoire de la nutrition humaine.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :