• Botanique: Il apparaît que les tiges des plantes vrillent par défaut d'une protéine!____¤201304

     

    Une étude, dont les résultats ont été publiés le 25 avril 2013 dans Current Biology, démontre la fonction d'une protéine (CSI1) contrôlant la synthèse de la cellulose dans l'architecture globale des plantes et suggère que les tiges des plantes vrillent par défaut.

     

    Les cellules végétales grandissent habituellement dans une direction préférentielle grâce à un dépôt orienté de cellulose, sous le contrôle du cytosquelette microtubulaire . En supprimant l’expression de cette protéine liant microtubules et cellulose, il est apparu que les fibres de cellulose s’inclinent dans les cellules et que les tiges vrillent, aboutissant à une modification de la position des fleurs le long de la tige.

     

    L'expérience suggère donc, que la tendance naturelle des tiges à vriller peut être régulée par la croissance. Elle s’inscrit dans le cadre d'un changement de paradigme en biologie du développement, qui privilégie les approches multi-échelles. Ces travaux pourraient conduire à des applications dans le domaine des biomatériaux ou de la biologie prédictive, du fait, en particulier, que la production de tiges vrillées transforme les propriétés mécaniques du bois.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :