• Botanique: LEAFY, qui est responsable de la formation des fleurs, peut, grâce à l'oligomérisation, se fixer et activer des régions du génome inaccessibles à une protéine seule!____¤201604

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «A SAM oligomerization domain shapes the genomic binding landscape of the LEAFY transcription factor» ont été publiés dans la revue Nature communications, montre que la protéine LEAFY, un facteur de transcription responsable de la formation des fleurs, peut se fixer et activer des régions du génome inaccessibles à une protéine seule, grâce à mécanisme qui lui permet de s'assembler en petites chaînes formées de plusieurs protéines.

     

    Rappelons tout d'abord que la protéine LEAFY, un facteur de transcription «nécessaire au décryptage du code génétique» qui «gouverne la formation du bouton floral et de ses différents organes (sépales, pétales, étamines et pistil)», possède deux domaines importants : «un qui se lie à l'ADN, pour activer les gènes floraux, et un deuxième de nature jusque-là inconnue» que vient de mettre en lumière l'étude ici présentée.

     

    Plus précisément, ce deuxième domaine est apparu être un domaine dit 'd'oligomérisation' «qui permet aux protéines LEAFY de s'assembler les unes à la suite des autres, en petites chaînes» de sorte que, sous cette forme, «les protéines LEAFY deviennent capables de se lier aux régions compactées de la chromatine alors qu'une protéine LEAFY solitaire n'y parvient pas». Il en ressort «qu'une fois assemblés en chaînes, les différents domaines de liaison à l'ADN coopèrent, ce qui améliore leur fixation sur des régions normalement trop condensées pour être reconnues».

     

    C'est ainsi que LEAFY, jouant le rôle de 'facteur pionnier', «capable de se fixer sur la structure dense de la chromatine de certaines régions du génome et d'initier des changements épigénétiques conduisant à l'expression des gènes», peut «activer les gènes à l'origine de la formation des organes floraux».

     

    Comme «les êtres humains et les animaux n'ont pas la protéine LEAFY mais ils possèdent d'autres facteurs de transcription comportant des domaines d'oligomérisation», cette étude suggère «que ces domaines pourraient également contribuer à conférer des propriétés pionnières à des facteurs de transcription dans d'autres règnes».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :