• Ecologie: la manière dont la distribution de la ressource entre espèces (leur biomasse) impacte le fonctionnement des écosystèmes, a été examinée avec une 'méthode boursière'!____¤202102

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Functional rarity and evenness are key facets of biodiversity to boost multifunctionality» sont publiés dans la revue PNAS, a conçu une méthodologie inédite en s’inspirant de l’optimisation des investissements boursiers pour examiner comment la distribution de la ressource entre espèces (leur biomasse) impacte le fonctionnement des écosystèmes.

     

    Le problème qui se posait était de savoir s'il fallait «miser sur une espèce phare et performante, ou au contraire partager équitablement la ressource entre plusieurs espèces pour maximiser les bénéfices de la biodiversité».

     

    Concrètement, les hypothèses avancées «ont été testées en reconstituant 570 écosystèmes miniatures à partir de litière de feuilles de plus de 90 espèces provenant de six milieux écologiques différents allant de la forêt tropicale à la toundra arctique».

     

    La biomasse disponible pour chaque espèce a été manipulée pour simuler différentes facettes de la biodiversité et la réponse des écosystèmes miniatures a ensuite été suivie, en conditions contrôlées, «en mesurant de multiple fonctions écosystémiques comme la dégradation de la litière, la respiration des sols ou l'abondance et la diversité microbiennes des sols».

     

    Au bout du compte, «l'étude montre qu'une distribution équitable de la ressource entre espèces va améliorer le recyclage de la litière et des nutriments, des paramètres clés de la fertilité des sols». De plus, une forte équitabilité va «promouvoir l'abondance et la diversité microbienne des sols, tout en limitant la propagation des pathogènes pour les plantes».

     

    L'étude indique aussi «le rôle clé des espèces ayant des propriétés morphologiques et physiologiques rares»: par exemple, «dans un écosystème dominé par des espèces de plantes ayant des feuilles coriaces, un petit fragment de feuille plus tendre va permettre aux microbes du sol d'obtenir l'énergie nécessaire pour initier la décomposition de la litière et ainsi permettre à l'écosystème de mieux fonctionner».

     

    Globalement, «dans les six écosystèmes étudiés, très contrastés, les résultats montrent l'importance d'avoir une équité dans la répartition des différentes espèces de plantes et la présence d'espèces rares, suggérant qu'ils sont généralisables à différents contextes écologiques».

     

    Ainsi, de manière imagée, «pour maximiser le fonctionnement des écosystèmes, on aurait donc intérêt d'une part à répartir de manière équitable ses investissements en évitant la formation de grosses entreprises (espèces dominantes) qui préempteraient l'ensemble des investissements, et d'autre part à favoriser l'émergence de quelques start-ups ayant des effets potentiellement favorables sur l'ensemble de l'écosystème».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :