• Géologie: grâce à la campagne océanographique Caldera 2012, ont été découverts de nouveaux bassins sous-marins dans la Caldera de Santorin (Grèce)!____¤201507

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «The Kallisti Limnes, carbon dioxide-accumulating subsea pools» ont été publiés dans la revue Nature Communication, a permis la découverte de bassins sous-marins opalescents dans la Caldera de Santorin (Grèce), grâce à la campagne océanographique Caldera 2012 qui s'est déroulée à bord du navire océanographique grec AEGEOS.

     

    Rappelons tout d'abord que la Caldera de Santorin résulte de «l'une des plus grandes éruptions volcaniques de l’histoire de l’humanité», datée de 1600 avant J.-C., en concordance avec la fin de la civilisation Minoenne.

     

    Dans le cadre de cette étude, des capteurs de température et de pression ont été installés par trois engins sous-marins (le robot autonome AUV Girona500 de l’Université de Gironne (Espagne), le robot télé opéré Hercules et le submersible Thetys du Hellenic Centre for Marine Research (Grèce)) dans la Caldera de Santorin en 2012-2013, «afin de suivre l’évolution du remplissage volcanique de la chambre magmatique qui s'est produit en 2011, remplissage qui a été associé à une crise sismique».

     
    Les explorations sous- marines ont, en particulier, permis de localiser, étudier et échantillonner les bassins sous-marins nommés Kallisti Limnes, du grec ancien 'plus beaux lacs' dont la «taille varie entre 1 et 5 mètres, avec une profondeur qui peut aller jusqu’à 2m». Les eaux dans ces bassins, qui sont interconnectés par des canaux et méandres, «contiennent des concentrations très élevées de dioxyde de carbone (CO2), donnant lieu à des eaux irisées».



    Si, dans le passé, des bassins sous-marins avaient déjà été identifiés, leur formation était liée «à l’accumulation d’eau très salée et dense» alors que «les bassins Kallisti Limnes sont les premiers à montrer une densification d’eau en raison de concentration très élevée de CO2, et de son accumulation en zones profondes protégées des courants».

     

    De plus, on constate que ces bassins sont «des environnements extrêmement acides, avec un pH très bas». Comme «la température de l’eau est de 5°C supérieure à celle des eaux environnantes», leur origine hydrothermale est prouvée.


    La prochaine étape de cette recherche, menée en vue d'améliorer «la compréhension des risques associés à ces environnements volcaniques actifs», sera d’une part la détermination de l’origine magmatique ou biotique du carbone à partir d’études isotopiques et «d’autre part l’analyse de la distribution et de la géométrie de ces bassins et des zones hydrothermales actives associées».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :