• Géophysique: des simulations ont permis d'établir, à la manière de Météo-France, les premières prévisions des variations du champ magnétique terrestre!____¤201601

     

    Deux études (dont les résultats intitulés, pour la première publiée dans la revue Nature Communications, «Gyre-driven decay of the Earth’s magnetic dipole» et, pour la seconde publiée dans la revue Geophysical Journal International, «Geomagnetic forecasts driven by thermal wind dynamics in the Earth's core») ont abouti, grâce à des simulations, à l'établissement, à la manière de Météo-France, des premières prévisions des variations du champ magnétique terrestre.

     

    Du fait que «le champ magnétique terrestre, qui trouve sa source dans le noyau fluide de la planète, interagit fortement avec certaines technologies, comme les satellites ou des applications embarquées dans les smartphones», il est très important «de comprendre et prédire ses variations». Ces objectifs ont été à l'origine des travaux ici présentés, qui ont été menés dans le cadre «d’une approche calquée sur celle développée en météorologie».

     

    Tout d'abord, «les raisons de la décroissance de l’intensité du champ magnétique terrestre de 10% depuis 1840» ont été expliqués par «la présence d’une anomalie de ce champ, d’intensité plus faible, au-dessus de l’Amérique du Sud de nos jours», qui «déséquilibre le mécanisme de transport du champ magnétique», un mécanisme s’appuyant «sur un tourbillon géant à la surface du noyau, qui, à la manière d’un tapis roulant, déplace le champ magnétique des pôles vers l’équateur au niveau de l’Asie, et de l’équateur vers les pôles au niveau de l’Amérique».

     

    Les simulations effectuées «prédisent que l’anomalie et le tourbillon sont intimement liés et qu’ils devraient tous deux dériver d’environ 3000 kilomètres vers l’Ouest (à la surface de la Terre) dans les cent prochaines années». Comme «l'anomalie se creusera de manière significative dans le siècle à venir», la zone problématique pour le vol des satellites sera élargie puisque «le matériel embarqué dans les satellites de basse altitude subit un taux d’avaries significativement important lorsque ceux-ci passent au-dessus de cette zone.

     

    Cependant, «de même qu’on ne peut prédire avec certitude le temps qu’il fera dans un an, il est impossible de prévoir le comportement du champ magnétique terrestre à plus long terme, et en particulier la prochaine inversion des pôles».

     

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :