• Géophysique: la hauteur du panache d’une éruption volcanique a pu être simulée à faible coût numérique!____¤201507

    Une étude, dont les résultats intitulés «Simulations and parameterisation of shallow volcanic plumes of Piton de la Fournaise, Réunion Island, using Méso-NH version 4-9-3» ont été publiés dans la revue Geoscientific Model Development, a permis de simuler, à faible coût numérique, la hauteur du panache d’une éruption volcanique.

     

    Si la hauteur du panache à la verticale du cône éruptif est «un élément primordial pour accéder à une prévision correcte des zones impactées» par une éruption volcanique, la prévision de son développement étant impactée par la vitesse et la direction du vent horizontal, qui «varient fortement avec l’altitude dans la basse atmosphère».

    Du fait que «prévoir le développement vertical du panache volcanique au moment de son éjection est essentiel pour ensuite simuler sa dispersion horizontale dans l’atmosphère par le vent», il faut être capable de simuler ce développement vertical à faible coût numérique.

    Pour y parvenir, l'étude ici présentée a «utilisé la version moyenne échelle (maille de 1 km de côté) du modèle Méso-NH, le code numérique communautaire français», modifié «en adaptant son modèle sous-maille de nuage convectif peu profond (cumulus) au panache d'une éruption volcanique».

     

    Testé sur l’éruption de janvier 2010 (ce choix étant justifié par le fait «que son panache était bien vertical» en raison de l’absence de vent fort) du Piton de la Fournaise (île de La Réunion), «un volcan très actif qui est entré en éruption en moyenne tous les 8 mois au cours des 50 dernières années», ce modèle a abouti à une simulation qui fournit «une hauteur de panache de 1 km au-dessus du cône éruptif», cohérente avec la hauteur obtenue, d’une part, à partir «d’observations photographiques de terrain» et, d’autre part, à partir «d’une simulation explicite du panache convectif à l'échelle décamétrique (maille de 10 m de côté, permettant de résoudre les mouvements au sein du panache) réalisée aussi avec Meso-NH, toutes deux proches de 1 km».


    Ce résultat très prometteur pourrait «permettre dans le futur aux équipes de la sécurité civile de disposer, lors d’une éruption volcanique, d’un outil numérique permettant de donner rapidement la hauteur du panache à la verticale de la bouche d’éruption, puis sa dispersion horizontale et donc son impact possible sur les zones habitées».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :