• Géophysique: un modèle dynamique fait voir comment l’étalement des continents primitifs a lancé la tectonique des plaques il y a plus de 3 milliards d’années!____¤201409

     

    Une étude, dont les résultats ont été publiés dans la revue Nature, a permis de mettre en évidence comment l’étalement des continents primitifs a lancé la tectonique des plaques il y a plus de 3 milliards d’années, grâce à un modèle dynamique.

     

    Des indices concernant la formation des continents ont été retrouvés au Canada, au Groenland, en Australie et en Afrique du Sud «où se trouvent les plus vieilles roches de la Terre».

     

     

    Ces vestiges apparaissent comme des curiosités géologiques car on découvre «une croûte continentale où se mélangent des types roches qui se forment aujourd'hui dans deux contextes différents: les rifts et les zones de subduction».

     

    Comme à cette époque («l’Archéen - entre 2.5 et 4.1 milliards d’années») la Terre était plus chaude et la croûte des fonds océaniques produite par les dorsales médio-océaniques devait être «2 à 3 fois plus épaisse qu’aujourd’hui», les théoriciens pensent que la subduction était quasiment impossible à ce moment-là.

     

    En effet, «cette croûte étant plus légère que le manteau dans les 100 premiers kilomètres environ, elle aurait empêché les plaques de plonger dans les profondeurs de la planète, comme cela se passe aujourd’hui (sous le Japon ou les Andes par exemple)».

     

    Ainsi, le modèle présenté dans le cadre de cette étude est dynamique: il explique la complexité des roches des vieux continents et le démarrage de la subduction» en s’appuyant sur les hypothèses corroborées par l’étude des roches archéennes, «qui disent que la Terre était plus chaude et les grands plateaux volcaniques produits sur les fonds océaniques étaient plus épais qu’aujourd’hui».

     

    Sur cette base, «le modèle propose que les plateaux volcaniques (racine surmontée d’une croûte) sont instables vis à vis de la gravité du fait de leurs racines profondes plus légères que les roches environnantes», ce qui conduit à leur étalement pendant des dizaines de millions d’années «sous la surface à la manière d’un nuage de fumée atteignant un plafond, mais beaucoup plus lentement».

     

    En s’étalant, ces plateaux volcaniques «chevauchent les roches adjacentes qui, par conséquent, s’enfoncent dans le manteau» donnant lieu à une subduction forcée «jusqu’à l’arrêt de l’étalement du continent»), tandis que les roches sous-jacentes remontent et fondent par décompression.

     

    Cette fusion des roches sous-jacentes «explique la présence de certaines des roches magmatiques rencontrées dans les régions formées pendant la période de l’Archéen, qui se mélangent avec les roches produites par la subduction».

     

    Ce nouveau cadre aux reconstitutions de l’environnement primitif de la Terre permet, grâce au seul mécanisme de l’étalement d’une province magmatique, «de comprendre à la fois le démarrage de la tectonique des plaques et la formation des premiers continents», jusqu’alors traités séparément dans les recherches scientifiques.

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :