• Médecine: des cellules mémoires peuvent persister durant des périodes de rémission d’une maladie auto-immune et contribuer aux rechutes ultérieures!____¤202104

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Rituximab-resistant splenic memory B cells and newly engaged naive B cells fuel relapses in patients with immune thrombocytopenia» ont été publiés dans la revue Science Translational Medicine, a permis, en analysant la présence de lymphocytes B mémoires auto réactifs avant et après traitement par rituximab de patients adultes atteints de thrombopénie immunologique (une maladie auto-immune rare), de montrer notamment qu’une fraction des lymphocytes B mémoires auto-réactifs envers les antigènes plaquettaires résiste au traitement par rituximab, persiste dans la rate pendant plusieurs mois et participe aux rechutes.

     

    Relevons tout d'abord que «les patients atteints de maladies auto-immunes médiées par les cellules B, telles que la thrombopénie immunologique (PTI), peuvent bénéficier d'un traitement par l'anticorps anti-CD20, ciblant les cellules B, le rituximab». Cependant, comme une proportion importante de patients rechute après ce traitement, l'étude ici présentée a cherché à en comprendre la raison en analysant la présence de lymphocytes B mémoires réactifs envers les plaquettes «dans la rate de patients splénectomisés pour une rechute de thrombopénie immunologique après un traitement par rituximab».

     

    Plusieurs approches expérimentales innovantes ont ainsi «permis de mettre en évidence que des cellules nouvellement générées après reconstitution lymphocytaire B et des cellules mémoires ayant résisté au traitement participaient aux rechutes». Concrètement, il apparait «que ces cellules pathogéniques, résistantes au rituximab, ont perdu l’expression du CD20 à leur surface mais conservées l’expression du CD19, spécifiquement exprimée par les lymphocytes B, qui pourrait donc constituer une nouvelle cible thérapeutique potentielle dans cette maladie».

     

    Au bout du compte, alors que «la persistance de la mémoire immunitaire est généralement étudiée pour le bénéfice qu'elle apporte en termes de protection anti-infectieuse»., cette étude «démontre que des cellules mémoires peuvent également persister durant des périodes de rémission d’une maladie auto-immune et contribuer aux rechutes ultérieures, suggérant de nouvelles voies à explorer pour favoriser des rémissions prolongées au cours des maladies auto-immunes».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :