• Médecine: des essais prometteurs de ciblage des mitochondries ont pu être réalisés dans le cadre de la recherche de nouvelles vulnérabilités du cancer du pancréas!____¤202011

     

    Une étude, dont les résultats intitulés «Targeting Mitochondrial Complex I Overcomes Chemoresistance in High OXPHOS Pancreatic Cancer» ont été publiés dans la revue Cell Reports Medicine, rapportent, que, dans le cadre de la recherche de nouvelles vulnérabilités du cancer du pancréas, des essais prometteurs de ciblage des mitochondriesorganelles cellulaires impliquées dans la production d’énergie par la respiration et dans la survie aberrante des cellules cancéreuses, ont pu être réalisés.

     

    Relevons tout d'abord que le cancer du pancréas qui «est souvent diagnostiqué tard» est «de mauvais pronostic» car résistant «à toutes les thérapies anticancéreuses». Aussi, en vue de «développer de nouvelles approches thérapeutiques efficaces», les «recherches fondamentales et cliniques s’attachent à dévoiler des vulnérabilités de ce cancer». En particulier, l'analyse «des dépendances métaboliques des cancers a regagné ces 20 dernières années un intérêt considérable de la part des scientifiques et oncologues».

     

    Il a été ainsi «démontré l’importance des mitochondries dans la survie des cellules tumorales et dans leur résistance aux thérapies». Appelées les 'chaudières' des cellules, les mitochondries «sont au centre de la balance entre survie et mort cellulaire, puisqu’elles ont un rôle essentiel à la fois dans la production d’énergie par la chaine respiratoire et dans la mort cellulaire par apoptose».

     

    Comme «l’importance des mitochondries dans les altérations métaboliques spécifiques du cancer du pancréas restait encore peu étudiée», le travail ici présenté a analysé «le métabolisme mitochondrial de cellules tumorales issues de patients». Il a été ainsi constaté «une forte hétérogénéité entre ces derniers, certaines cellules présentant un fort niveau de respiration mitochondriale au niveau fonctionnel (tumeurs dites 'high OXPHOS')».

     

    Cela a conduit cette étude à analyser «les bases mécanistiques» de cette situation et il est apparu «que cette respiration élevée s’accompagne d’un niveau élevé d’expression de protéines du complexe I de la chaine respiratoire mitochondriale». L'utilisation «des inhibiteurs de ce complexe I mitochondrial pour traiter les cellules cancéreuses pancréatiques en combinaison avec des drogues utilisées en chimiothérapie», a, alors, permis de dévoiler «une synergie d’action cytotoxique spécifiquement pour les cellules 'high OXPHOS'».

     

    En outre, les mêmes associations ayant «été testées dans des modèles animaux (souris greffées avec des cellules tumorales de patients)», ont montré «que l’inhibition de la respiration mitochondriale augmente l’activité antitumorale de la chimiothérapie spécifiquement dans les souris portant une tumeur 'high OXPHOS'».

     

    Au bout du compte, ces travaux qui «ont dévoilé, chez certains patients, une nouvelle vulnérabilité dans le cancer du pancréas i.e. la respiration mitochondriale», mettent en lumière «une méthode pour identifier les patients dont la tumeur est susceptible de répondre à une poly-chimiothérapie associant le ciblage du métabolisme mitochondrial avec la chimiothérapie standard».

     

     


    Tags Tags : , , , , , , , , , ,
  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :